Les saules Salix purpurea, spp. L, Salicacées

Saule têtard

Un peu de botanique

Linné en dénombrait 29 espèces, aujourd’hui les botanistes en répertorient environ 500.

Les saules communs en Europe du Nord sont les Salix purpurea, S.fragilis, S. alba pour les plus courants. Il s appartiennent à la famille des salicacées. Dans la même famille, on trouve les peupliers: chatons pendants pour les peupliers, dressés pour le saule. Il est  habituel d’étêter les saules: ce sont des têtards.  Ces saules têtards sont des habitats pour beaucoup d’animaux, mammifères, oiseaux… car la cicatrisation de la repousse crée des cavités et des excroissances naturelles: un véritable écosystème à lui seul! On nomme osiers les saules à rameaux longs et flexibles.

Une plante médicinale

Le saule est connu comme fébrifuge (qui fait baisser la fièvre) depuis l’Antiquité. Paracelse, qui a popularisé la théorie des signatures, remarque que le saule, qui habite les berges humides, soulage les rhumatismes aggravés par l’humidité.

Rameaux flexibles de saule

La partie active est l’écorce de tige, les feuilles sont beaucoup moins concentrées.

Les chatons sont réputés anaphrodisiaques (qui calme les ardeurs sexuelles, décrit par Jacques Daléchamps au XVIème siècle), calmants et antispasmodiques.

Leur effet sédatif et anxiolytique est oublié aujourd’hui, mais en 1916, un médecin les recommandait contre « l’angoisse de guerre ».

Les saules contiennent tous des principes actifs analogues, de la famille de l’acide salicylique.

La décoction de saule est, comme l’aspirine, antiinflammatoire, fébrifuge, antalgique…

La décoction de saule est plus efficace que la quantité d’acide salicylique qu’elle renferme: c’est une nouvelle preuve de l’intérêt d’utiliser la plante plutôt que ses molécules actives isolées. L’ensemble des constituants de la plante agissent en synergie. On dit que « l’effet de la somme est supérieur à la somme des effets ».

Le principe actif du saule, d’abord nommé salicine a été idolé en 1825 par un pharmacien italien, Larizi. La molécule a ensuite été synthétisée: le saule a supplanté le coûteux quinquina en Europe.

Si la décoction de saule est peu irritante pour l’estomac, il n’en est pas de même pour l’acide salicylique: ce constat a conduit à synthétiser un produit dérivé, l’acide acétylsalicylique. La synthèse est réalisée en 1897 et le médicament commercialisé sous le nom d’aspirine … d’après une autre plante, la reine-des-prés (Spirea ulmaria) qui contient elle aussi un dérivé salicylé.

Les décoctions d’écorce de saule gardent un grand intérêt pour soulager maux de tête, inflammation, fièvre: moins agressif que l’aspirine, le saule est efficace. À réserver à l’adulte, contre-indiqué chez la femme enceinte, l’enfant (car pas de dosage possible), en association avec les anticoagulants, en cas d’allergie aux salicylés.

Vous pouvez préparer une teinture (une part d’écorce de tige pour 4 parts d’alcool), du vin de saule (50g par litre de vin blanc).

saule phytothérapie écosystème
Saule pleureur (et son héron!)

Les racines filtrent l’eau, le saule épure son environnement. Son système racinaire vigoureux protège les berges.

Gemmothérapie

C’est le bourgeon de Salix alba qui est utilisé en gemmothérapie., en macérât glycériné (MG).

Les indications du Saule en gemmothérpaie sont différentes de celles en phytothérapie.

Il s’oppose à l’anémie (c’est un remède complémentaire de Tamarix gallica et de Corylus avellana)

Sur le tube digestif, il améliore les irritations gastriques liées aux contrariétés, au stress.

Et on retrouve l’usage traditionnel anxiolytique, sédatif et anaphrodisiaque.

Et puis l’inutile et le superflu (ou pas)

Une longue histoire

Dans la mythologie grecque, la Saule est dédié à Hécate (Ἑκάτη), une déesse de la Lune.

Dans le Bible, les branches de saule servent à fabriquer les thyrses de la fête des Tabernacles.

Et le nom latin attribué par Linné au Saule pleureur, Salix babylonica, vient aussi de la Bible: les branches du Saule ont abrité les lamentations des Juifs captifs à Babylone (Psaume 137)

Un arbre de vannerie

« Ruches d’osier »: stockage juste après la récolte. Crédit photo: Osierpro

Tout osier est saule, mais tout saule n’est pas osier, dit-on.

L’osier est le rejet de l’année du saule, les plus réputé pour cet usage sont des saules aux rameaux particulièrement flexibles, signe d’une adaptation aux contraintes extérieures: crues, forts courants. Leurs rameaux ploient sans casser.

Les jeunes tiges sont tressées avec leur écorce: osier brut, ou décortiquées.

Voûte d’osier vivant à Arc et Senans

Les jardiniers plantent des haies d’osier vivant: ce sont de longues boutures de saule, tressées lors de leur plantation.

et d’autres usages inattendus

Les Amérindiens utilisaient les rameaux du Saule blanc pour se brosser les dents, et l’écorce interne déchiquetée pour fabriquer des couches et des serviettes hygiéniques.

Dernières volontés

Alfred de Musset , 1830:

Mes chers amis, quand je mourrai,
Plantez un saule au cimetière.
J'aime son feuillage éploré;
La pâleur m'en est douce et chère,
Et son ombre sera légère
A la terre où je dormirai.

Son souhait fut exaucé, mais le sol du Père-Lachaise ne se prête pas à la culture du saule… l’arbre est régulièrement remplacé!

Toponymie et patronymes

Un lieu planté de saules est une saussaie, et les communes de Saulchoix ou de Saulx , Le Sauze ou La Sauzaie, tirent leur nom du Saule, tout comme les noms de famille Duchaussoy, Le Saux…

Le mot de la fin

à Jean de La Fontaine

L’enfant et le maître d’école

Dans ce récit je prétends faire voir
D’un certain sot la remontrance vaine.
Un jeune enfant dans l’eau se laissa choir,
En badinant sur les bords de la Seine.
Le Ciel permit qu’un saule se trouva,
Dont le branchage, après Dieu, le sauva.
S’étant pris, dis-je, aux branches de ce saule,
Par cet endroit passe un Maître d’école.
L’Enfant lui crie : « Au secours ! je péris. « 
Le Magister, se tournant à ses cris,
D’un ton fort grave à contre-temps s’avise
De le tancer : « Ah! le petit babouin !
Voyez, dit-il, où l’a mis sa sottise !
Et puis, prenez de tels fripons le soin.
Que les parents sont malheureux qu’il faille
Toujours veiller à semblable canaille !
Qu’ils ont de maux ! et que je plains leur sort ! « 
Ayant tout dit, il mit l’enfant à bord.
Je blâme ici plus de gens qu’on ne pense.
Tout babillard, tout censeur, tout pédant,
Se peut connaître au discours que j’avance :
Chacun des trois fait un peuple fort grand ;
Le Créateur en a béni l’engeance.
En toute affaire ils ne font que songer
Aux moyens d’exercer leur langue.
Hé ! mon ami, tire-moi de danger :
Tu feras après ta harangue.

Bibliographie succincte

Breverton’s Complete herbal, based on Culpeper’s The English Physitian and Compleat Herball of 1653 Éd.Quercus

Jean Bruneton Pharmacognosie, phytochimie, plantes médicinales , 5ème édition, ED.Lavoisier Tec et doc

Michel Dubray Guide des contre-indications des principales plantes médicinales  Ed.Lucien Souny

F.Dupont, J.-L. Guignard Botanique systématique moléculaire 14ème édition, Ed.Elsevier-Masson

Jacques Fleurentin, Jean-Claude Hayon, Jean-Marie Pelt   Des plantes qui soignent Ed. Ouest-France2018

Paul-Victor Fournier Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France Éd. Omnibus

Gérard Guéniot, Franck Ledoux La phytembryothérapie, l’embryon de la gemmothérapie Ed.Amyris

Francis Hallé Stéphane Hette Frédéric Hendoux Les arbres amoureux  Ed. Salamandre, 2018

Bill Laws Fifty plants that changed the course of History Firefly Books

Marie-Antoinette Mulot herboriste diplômée  Secrets d’une herboriste Éd.Dauphin

Michel Pierre Les plantes du bien-être, les remèdes de A à Z éd. du chêne

Aline Raynal-Roques La botanique redécouverte Ed.Belin INRA 2008

Henriette Walter , Pierre Avenas La majestueuse histoire du nom des arbres Ed.Robert Laffont, 2017

Max Wichtl, Robert Anton Plantes thérapeutiques Tradition, pratique officinale, science et thérapeutique  2ème édition, Ed.Lavoisier, Tec et doc

Fernando Pitera di Clima, Marcello Nicoletti Précis de gemmothérapie . Fondements scientifiques de la méristémothérapie Ed Amyris 2018

http://www.copyrightfrance.com/certificat-depot-copyright-france-8YYX1K5.htm

Le frêne

Le frêne Fraxinus excelsior Oléacées

Un bel arbre, des feuilles imparipennées (avec un nombre impair de folioles) de 7 à 15 folioles. Un arbre facile à reconnaître, avec ses bourgeons noirs. (D’ailleurs,en grec moderne, le frêne s’appelle Μέλεγος c’est-à-dire: noir. )

 

Ses feuilles forment un bon humus; c’est également aliment de qualité pour le bétail.

Les fruits sont aussi surnommés Langue d’oiseau.

Le frêne peut atteindre 30m de haut.

Botanique

Une sexualité débridée

frêne naturopathe
Bourgeons de frêne

frêne phytothérapie sabine robin naturopathe amiens
Inflorescence

Le frêne fait partie des angiospermes: les plantes à fleurs. Ses fleurs qui apparaissent en avril-mai sont réduites aux organes sexuels: ni pétales, ni sépales décoratifs, c’est le vent qui disperse le pollen (plante anémophile): il ne dispense ni nectar ni pollen aux abeilles. Il porte des fleurs mâles (pour produire le pollen) et des fleurs femelles (avec un ovaire qui une fois fécondé devient le fruit). Jusque là, c’est simple et banal. Mais le frêne complique un peu le tableau: il porte aussi des fleurs hermaphrodites (avec des organes mâles et femelles), des fleurs à dominance mâle ou femelle (et fonctionnelles: étamines  développées et pistil réduit mais fonctionnel…ou l’inverse). Et pour simplifier le tout, les fleurs sont regroupées en inflorescences… qui peuvent être du même sexe, ou avec une proportion variable d’hermaphrodites. Un champion de la diversité sexuelle! en botanique, on parle de plante trioïque (on dit monoïque quand il existe des fleurs uniquement mâles et uniquement femelles sur le même individu, dioïque quand il existe des arbres uniquement mâles et des arbres uniquement femelles, et les deux tiers des plantes à fleurs sont hermaphrodites: les fleurs portent à la fois les organes mâles et femelles).

 

Propriétés médicinales

 

La feuille de frêne est diurétique et anti inflammatoire, adaptée aux terrains goutteux. Les samares (semences) étaient utilisées à la place des feuilles, mais cet usage traditionnel n’a pas été retenu dans la Pharmacopée. Une plante d’usage traditionnel, pour laquelle on n’a décrit aucune contre-indication, ni effet indésirable et qui n’interagit pas avec des médicaments: c’est assez rare pour être souligné!

Elle entre dans les compositions des « tisanes du centenaire« : il en existe plusieurs variantes. Celle-ci garde un goût agréable (frêne et cassis améliorent le confort articulaire, le cassis agit sur la circulation sanguine, frêne et reine-des-prés ou genièvre aident au travail des reins et la menthe poivrée facilite la digestion, et donne bon goût à l’ensemble), les plantes se préparent en parties égales

Frêne feuilles

Cassis feuilles

Reine-des-prés sommités ou genièvre baies

Menthe poivrée feuilles

La sagesse voudrait que cette tisane soit prise en cures espacées , la tradition la fait boire chaque jour! (genièvre et reine des prés ne sont, en toute rigueur, pas recommandés en usage prolongé… vous pouvez aussi préparer votre tisane sans ces deux plantes une semaine sur deux par exemple)

L’usage anti inflammatoire du frêne est mis à profit pour les jeunes enfants: une tige de frêne à mâcher soulage les douleurs des poussées dentaires (sous étroite surveillance!)

La poudre d’écorce est fébrifuge (elle fait baisser la fièvre): c’est un usage qui a perduré durant les périodes de conflit, lorsque le quinquina faisait défaut. Le frêne est parfois surnommé le quinquina d’Europe.

Un arbre fluorescent? D’après Dorvault, le frêne contient un glucoside spécifique, la fraxine, qui aurait des propriétés fluorescentes.

Des études récentes laissent entrevoir un effet hypoglycémiant d‘un extrait de frêne chez le rat. Quelques études chez l’homme sont encourageantes (mais de trop faible ampleur) . Mais on est encore loin d’un médicament anti diabétique. Des études à suivre! (réf en fin d’article)

 

Récoltez la feuille de préférence au début de l’été, dans des zones qui ne soient ni urbaines (pollution automobile), ni en agriculture intensive (pollution phyto-sanitaire) ni proches de zones industrielles et veillez à récolter sur des arbres sains (voir ci-dessous).

Frêne à manne

Il existe un autre frêne, le frêne à manne ou orNe ou frêne à fleurs: sa sève de printemps donne une sorte de sirop fort sucré, d’où son nom de manne.

 

 

 

Ethnobotanique

Des histoires

On dit que le frêne isolé attire la foudre (alors que le chêne au contraire la repousserait… mieux vaut tout de même ne pas essayer)

Le frêne est présent dans la mythologie grecque: c’est l’arbre de Poséidon, le dieu de la mer , mais aussi des tremblements de terre, le dieu qui attire la foudre. Le javelot d’Achille est en bois de frêne si l’on croit l’Iliade.

Dans la mythologie scandinave, le frêne représente l’Univers , il fait le lien entre la Terre et le Ciel.  C’est Yggdrasil, l’arbre des mondes, à son pied jaillit une source, dans ses branches un aigle qui combat le serpent des racines: de là son supposé pouvoir anti-venimeux?

Après l’univers, survinrent les dieux et les géants, puis les plantes et enfin les dieux créèrent le premier couple d’humains: Ask , l’homme, à partir d’un frêne (Ash tree en anglais) et Embla, la femme, à partir d’un orme (Elm en anglais, Ulmus en latin)

Des usages

Une utilisation culinaire oubliée: les fruits verts macérés dans du vinaigre servent de condiment, comme les câpres. C’est une recette qui demeure traditionnelle en Allemagne et en Angleterre.

Le bois de frêne est apprécié pour son toucher doux après polissage, il est solide, flexible et peu cassant: on l’utilise pour les manches d’outils. Des fouilles archéologiques ont mis au jour des manches en bois de frêne datant du néolithique. Il est assez souple pour former la hampe des arcs. Ovide le nomme: arbre à javelot.

Plus près de nous, le bois de frêne a servi à la construction aéronautique jusqu’aux années 1930. Et la firme automobile britannique Morgan utilise le frêne pour ses voitures de sport.

Les feuilles et l’écorce ont des propriétés tinctoriales: on obtient un jaune olive ou un gris vert, selon le mordançage (alun pour le jaune, fer pour le gris).

La frênette

C’est une boisson traditionnelle dans le Nord de la France, faiblement alcoolisée (2-3° environ). Il en existe beaucoup de variantes, ici une recette de Belgique.

La chalarose

La situation des frênes en Europe est aujourd’hui préoccupante: ils subissent l’attaque de champignons microscopiques qui se dispersent par le vent. La maladie touche d’abord les arbres jeunes: 85% des jeunes frênes meurent. L’arrivée de cette maladie n’est pas liée au réchauffement climatique, mais plutôt à l’imprudence de l’Homme: c’est l’importation massive de frênes asiatiques dans les pays baltes il y a une quarantaine d’années qui a introduit le champignon en Europe. il semble toutefois qu’un faible pourcentage de frênes puisse résister à cette maladie, ce qui devrait permettre le maintien de l’essence dans nos forêts.

Un excellent article sur ce fléau ici.

Et aussi …

Un contemporain de Ronsard et du Bellay, Jean Vauquelin de la Fresnaye (1536-1607), le bien nommé, nous a laissé un fort élégant poème sur l’arbre de son patronyme:

 

 

 

Frêne hautain, forestier et champêtre
L’arbre premier de tant d’arbres divers,
L’arbre immortel au renom de mes vers,
L’arbre aux serpents toujours odieux maître ;

Le coudre rompt, mais tu te fais connaître
Propre à la guerre et jamais de travers
De toi tortu les monts ne sont couverts,
Ains haut et droit toujours as voulu naître ;

Je fais mes dards, pour tous mes arcs, de toi,
Les forestiers en font de même moi,
Et Panarèthe en fait les siens encore :

Phébus aussi en patronne ses traits,
Sa chaste sœur son carquois en décore,
Ainsi au bois as tous noms satisfaits.

Pour aller plus loin

Francis Hallé Stéphane Hette Frédéric Hendoux Les arbres amoureux  Ed. Salamandre, 2018

Jean Bruneton Pharmacognosie, phytochimie, plantes médicinales , 5ème édition, ED.Lavoisier Tec et doc

lesarbres.fr consulté le 8 octobre 2018

Henriette Walter , Pierre Avenas La majestueuse histoire du nom des arbres Ed.Robert Laffont, 2017

Dorvault L’officine, répertoire général de pharmacie pratique dix-huitième édition-bis, Vigot frères, éditeurs, 1945

Michel Dubray Guide des contre-indications des principales plantes médicinales  Ed.Lucien Souny

Breverton’s Complete herbal, based on Culpeper’s The English Physitian and Compleat Herball of 1653 Éd.Quercus

Jacques Fleurentin, Jean-Claude Hayon, Jean-Marie Pelt   Des plantes qui soignent Ed. Ouest-France2018

En ce qui concerne les effets sur la glycémie (articles en anglais) (consultés en octobre 2018)

https://orbi.uliege.be/handle/2268/182968

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4566447/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24877717

 

 

Le colchique

colchique plante toxique medicinale
Colchicum automnale
Cloître des Récollets, Metz
8 octobre 2018

 

Si jolie et si vénéneuse! une fleur qui s’épanouit à l’automne… Elle devient rare, dans presque toutes les régions de France . Classée dans la liste rouge de l’UICN, elle est dans la catégorie des « préoccupations mineures », mais « vulnérable » en Haute-Normandie (2015) et elle a disparu de Bretagne.

Apollinaire ne la chanterait plus aujourd’hui, hélas.

Continuer la lecture de « Le colchique »

Les orties

Les orties Urtica dioïca, U.urens, Urticacées

ortie plante médicinale plante comestible

 

Vous les connaissez: les feuilles piquent!  c’est pourtant une plante comestible (se munir de gants pour la cueillette) car les poils urticants sont inactivés par la cuisson. (les conseils de cueillette, c’est par ici). C’est une plante médicinale: les parties utilisées sont les feuilles et les racines, avec des indications différentes.

Continuer la lecture de « Les orties »