Atelier stress-sophrologie du 8 novembre

Un atelier à deux voix, avec Sandrine Marty, sophrologue et moi-même , pour

partager avec vous des Outils et Conseils NATURELS immédiatement utilisables pour un quotidien plus serein.

Où?

Dans un endroit lumineux qui surplombe Amiens, 10 passage Perret, aux Jardins d’Arcadie.

Quand?

Dimanche 8 Novembre de 14h30 à 17h

Comment?

Sur réservation 06 95 38 28 28 ou 06 83 65 34 45

Respect strict des gestes de protection, masque obligatoire.

Pensez à prendre un mug pour goûter une bonne tisane!

Tarif

30€ par personne, à régler sur place

Au plaisir de vous rencontrer!

Le hêtre

Le hêtre Fagus sylvatica Fagacées

Un peu de botanique

Le hêtre, Fagus sylvatica,  est un arbre de la famille des fagacées, à feuilles caduques, des régions tempérées froides:

Les pins, sapins, hestres ou fousteaux dits aussi faux, et les charmes, sont arbres de montagne froide.

Olivier de Serres (1539-1619)
Continuer la lecture de « Le hêtre »

Sortie plantes le 30 juillet

Je vous propose une balade dans les hortillonnages, à l’île aux fagots. En visitant une partie du festival de jardins, vous découvrirez la flore, variée et inattendue. Des plantes à boire et à manger, des plantes pour soigner et empoisonner, des plantes pour la magie et des plantes aux usages oubliés, leurs légendes, leur héritage.

Sortie animée par Sabine Robin, docteur en Pharmacie, phyto-aromathérapeute.

Où?

Rendez-vous devant le restaurant Au fil de l’eau , sur le chemin de halage (entrée de la terrasse ) au niveau du fleuve

Quand?

Jeudi 30 juillet à 16 heures

Durée 1h30 à 2h

Comment?

Renseignements et réservation : 06 95 38 28 28

Tarif

Participation consciente, vous décidez du montant!

Sortie: plantes de La Madeleine le 11 juillet

Une découverte ethnobotanique de la flore au cimetière de la Madeleine: les propriétés médicinales, les plantes toxiques, et aussi leur(s) histoire(s): un poison d’autrefois devenu un remède aujourd’hui, un arbuste qui provoque de «faux ulcères», des arbres à la sexualité débridée , un arbre qui rejoint le royaume des morts, une liane qui ceint le front de Bacchus, un bois paré de vertus divinatoires, des arbres voyageurs, des arbres pour les druides, des évadés de jardins botaniques… et Jules Verne évidemment, qui porte, le savez-vous, un nom d’arbre et a créé un conquérant solide comme le chêne…

Où?


Rendez-vous à l’entrée principale du cimetière de la Madeleine (en face de la marbrerie)

Quand?

Samedi 11 juillet à 10h30

Durée 1h30 à 2h

Comment?

Tarif: participation consciente


Inscription au 06 95 38 28 28


Sortie proposée par Sabine Robin, docteur en Pharmacie et phytothérapeute.

Sortie du 27 juin 2020: les plantes en ville

Le square Saint-Denis

René Goblet

1828-1905

Avocat au barreau d’Amiens

S’engage en politique (républicain) en 1860

Fonde le Progrès de la Somme avec Frédéric Petit et Jules Lardière en 1869

NB journal interdit à la Libération, car accusé de collaboration.

NB un ancien ouvrier typographe du journal, Lucien Lecointe devint maire d’Amiens (après Georges Antoine et avant Jean Catelas)

Ministre de l’Intérieur, de l’Instruction publique,

Sous son ministère, l’État fit l’acquisition des collections du musée Guimet (1885) et la section des sciences religieuses fut créée à l’École pratique des hautes études (1886).

Inhumé à La Madeleine

Monument de Jacques Perrin bd de Belfort.

Charles du Fresne du Cange

1610-1688

Il fuit Amiens ravagée par la peste en 1669

Linguiste philologue, glossaires latin, grec et français. Etudie le passage du latin classique au latin impérial puis médiéval et enfin au français.

Le bouillon-blanc Verbascum thapsus Scrophulariacées

Bouillon-blanc, Verbascum, phytothérapie, plantes pour la toux
Le bouillon-blanc: herbe à bonhomme, cierge de Notre-Dame, herbe de Saint-Fiacre

Une plante facile à reconnaître, sur les talus, les friches. On l’appelle cierge de Notre-Dame: utilisée comme cierge le 15 août, herbe de Saint-Fiacre: pour sa floraison en fin d’été (St Fiacre se fête le 30 août).

La fleur de bouillon-blanc fait partie des « espèces pectorales », avec la violette, la  mauve, le tussilage, le coquelicot, la guimauve et le pied-de-chat.

La fleur est une adoucissante des voies ORL (maux de gorge, toux d’irritation, irritations de la bouche) . Des auteurs anciens la recommandaient pour les irritations de l’estomac, mais cet usage est tombé en désuétude.

L’infusion  doit être bien filtrée, et on peut adjoindre une pincée de bicarbonate de sodium pour tamponner son acidité.  On peut aussi faire infuser dans du lait: c’était la pratique ancienne contre la tuberculose.

Vous pouvez préparer une teinture-mère (à  de fleurs fraîches) ou une teinture (à base de fleurs sèches), en laissant macérer les fleurs dans de l’alcool (1 partie de fleurs dans 5 d’alcool), puis filtration et stockage en , flacons  de verre teinté, bouchés,  à l’abri de la lumière, la posologie adulte est alors de l’ordre de 15-20 gouttes 2 ou 3 fois par jour.

Attention aux graines qui sont toxiques: les braconniers en jetaient dans les  eaux dormantes pour engourdir le poisson!

L’armoise

Artemisia vulgaris Astéracées

L’herbe-aux-cent-goûts

armoise
Artemisia vulgaris

Un chapelet d’armoise jeté dans le feu de la Saint-Jean, avec l’incantation  » que toute ma malchance parte avec ceci » garantit une année de prospérité et de bonheur…

Une herbe que les cuisiniers remettent à l’honneur: en Occident, elle parfume les volailles, en Chine et au Japon, le riz gluant.

Son purin est un insectifuge efficace.

Elle est anthelmintique (vermifuge) comme la tanaisie, stomachique (facilite la digestion).

Les infusions soulagent les douleurs de règles, elle serait emménagogue .

L’armoise présente un risque abortif, même en tisane: ne jamais donner à la femme enceinte, il s’agit d’une véritable contre-indication.

armoise
Feuille d’armoise

La feuille d’armoise: la face inférieure est argentée.

Son huile essentielle est réglementée en raison de la présence de thuyone, qui peut provoquer des crises d’épilepsie et des avortements. La législation française est protectrice (vente exclusive en pharmacie), hélas, on la trouve sur Internet sans le moindre contrôle. Elle est réellement à risque: ne l’utilisez pas.

L’armoise est parfois fumée comme la marijuana. Les bâtonnets d’armoise servent de moxa.

Le genre Artemisia comporte deux autre plantes que vous connaissez, l’estragon (Artemisia dracunculus)  et l’absinthe (Artemisia absinthium).

En Ukrainien, armoise se traduit par herbe (bylj) noire (tcherno): c’est l’étymologie de Tchernobyl.

Auteur de l’article: Sabine Robin, docteur en Pharmacie, DU phyto-aromathérapie clinique, DU micronutrition exercice et santé.

L’auteur déclare ne présenter aucun conflit d’intérêt financier avec l’industrie pharmaceutique ou laboratoire ou fabricant de produits ou matériels médicaux.

Le platane

Un peu de botanique

Les platanes Platanus sp. sont des arbres de la famille des platanacées. Originaires d’Asie et des Balkans, ils sont connus en Europe depuis l’Antiquité. On les reconnaît facilement à leur écorce en renouvellement permanent et à leurs fruits en boules, qui restent suspendus tout l’hiver sur les branches . Ce sont de grands arbres qui peuvent atteindre 35 m de hauteur.

Un arbre ornemental

Nous connaissons les platanes et leur ombre appréciable. Pline note déjà l’engouement des Romains pour ces arbres:

ne peut-on justement s’étonner qu’un arbre ait été importé d’un monde étranger pour son seul ombrage? (…) Le platane n’a pas de plus grand mérite que d’écarter le soleil en été, et de le laisser passer en hiver.

Pline l’Ancien

Vigoureux et supportant bien l’élagage, le platane est un arbre d’alignement: on estime qu’à Paris, il y a environ 34 000 platanes.

C’est un arbre qui n’est pas utilisé pour ses vertus médicinales. Les anciens employaient les feuilles et l’écorce en décoction, souvent dans du vin, pour soigner engelures, abcès, inflammations.

Aujourd’hui, seuls les extraits glycérinés de bourgeons sont employés en gemmothérapie: c’est un bel adjuvant dans les maladies de peau, comme les vitiligos, psoriasis, prurits essentiels…

L’inutile et le superflu… ou pas

Le nom platane signifie large et plat: la feuille de platane a grossièrement la forme d’une main,  associée à la main de Gaïa, la Grande Déesse , la Terre-Mère dans la mythologie crétoise, à Tanit déesse de la fertilité pour les Carthaginois.

Vénéré chez les Grecs, il a été introduit à Rome . Dans l’Antiquité, c’était un symbole de longévité, par analogie avec son écorce qui se régénère en permanence.

En Gaule, considéré comme un luxe, il était soumis à un impôt!

Le caducée des médecins est une baguette de platane, autour de laquelle s’enroulent deux serpents (analogie entre la mue des serpents et l’écorce du platane). Et Hippocrate exerçait son art dit-on, assis sous un platane.

Dans la mythologie sikh, un sage jeta un jour un tison: il en sortit un platane… « si d’un tison peut naître un arbre, alors d’un homme ordinaire pourra jaillir le divin ».

Le platane résiste à la pollution atmosphérique, mais est sensible à l’attaque d’un champignon microscopique Ceratocystis platani, responsable de la maladie du chancre. Probablement importé par des caisses en bois à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, l’épidémie a ravagé des dizaines de milliers de platanes.

Premiers signes de chancre coloré. L’arbre est condamné.
Photo: Jardin biologique

Le mot de la fin

à Jean Giono

La civilisation de l’âtre, de la huche à pain, du vin de famille et du sillon court, suintait de partout. Des jardins potagers de trente mètres carrés étaient soignés comme des tapisseries au point de croix ; on y avait fait alterner des raies de glaïeuls et des rangs de fèves. Les arbres, et surtout ceux qui ne rapportent rien que de l’ombre, comme le platane, avaient la beauté franche des êtres qui sont aimés. On les sentait avoir leur place – et pas la dernière – dans l’affection d’une humanité habile à jouir. Et non par principe : par expérience.

Les trois arbres de Palzem (1984)

Bibliographie

Max Adams The wisdom of the trees Head of Zeus

Paul-Victor Fournier Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France Éd. Omnibus

Nathalie Machon, Eric Motard ça pousse près de chez vous  Diffusion Volumen 2016

Pline l’Ancien Histoire naturelle Texte traduit, présenté et annoté par Stéphane Schmitt.

Bob Press Green guide to trees of Britain and Europe Bloomsbury

Henriette Walter , Pierre Avenas La majestueuse histoire du nom des arbres Ed.Robert Laffont, 2017

Sortie: plantes sauvages aux hortillonnages

Samedi 4 juillet 10h30

Je vous propose une sortie à la découverte de nos plantes médicinales, mais aussi de plantes sauvages comestibles, et de plantes toxiques. Je vous emmène à la rencontre de la mère de l’aspirine, d’un arbuste champion de la vitamine C, d’un proche cousin du cannabis, de fleurs cicatrisantes, je vous expliquerai aussi comment préparer un sirop contre la toux, comment récolter en toute sécurité les plantes sauvages. Et puis toutes les histoires et les légendes autour des plantes. Sortie accompagnée par Sabine Robin, phytothérapeute et docteur en Pharmacie.

Où?

Rendez-vous devant le Pré-Porus , 95 rue Voyelle à Amiens

Quand?

Samedi 4 juillet à 10h30

Durée 1h30 à 2heures

Comment?

Renseignements et inscriptions 06 95 38 28 28

Participation: tarif libre, c’est vous qui décidez

Respect des gestes de protection, donc prévoyez un masque, au moins pour le départ de la balade, ensuite, nous resterons à plus d’1 mètre les uns des autres!