Huiles essentielles… avec précaution

Ce n’est pas parce qu’un produit est naturel qu’il n’a pas d’effets indésirables ou de toxicité ! 

Donc la prudence est de mise :

  • Pour les bébés et les enfants de moins de 7 ans : l’utilisation de quelques HE est possible, mais les doses à préparer sont très faibles et doivent être extrêmement précises. Il existe des préparations parfaitement adaptées : il est sage d’en rester là ! Ne jouez pas les apprentis-sorciers, il faudrait disposer de balances de précision (au milligramme près) pour préparer en toute sécurité des remèdes convenablement dosés.

    En janvier 2012, la Commission européenne a contre-indiqué l’utilisation de suppositoires à base de dérivés terpéniques chez les enfants âgés de moins de 30 mois, ainsi que chez les enfants ayant des antécédents de convulsions, fébriles, d’épilepsie ou de lésions ano-rectales récentes .

    La diffusion atmosphérique (à l’aide d’un diffuseur, jamais sur une bougie!) en revanche est tout à fait possible, en choisissant bien ses HE.

  • pour les futures mamans et les mamans qui allaitent : en principe, seule la diffusion atmosphérique est possible. Les terpènes passent dans le lait: un article par ici et un autre par là

  • Pour les femmes qui présentent des contre-indications aux estrogènes (cancer du sein, fibromes, mastoses…) : pas d’HE à action estrogénique (par exemple HE sauge sclarée, HE cyprès toujours-vert…)

  • Pour les personnes sous anti-coagulants, pas d’HE Gaulthérie couchée ou HE Gaulthérie odorante,en raison de la présence de salicylate de méthyle (un composé proche de l’aspirine)  ou d’HE giroflier par exemple.

    L’utilisation demeure possible sur de petites surfaces, en traitement court et bien dilué.

  • Pour les asthmatiques : grande prudence ! Pas d’HE très riches en 1,8-cinéole, comme l’HE Eucalyptus globulus, ou d’HE qui irritent les bronches (l’HE menthe poivrée en inhalation n’est pas une bonne idée )

  • Pour les personnes allergiques à l’aspirine : pas d’HE contenant du salicylate de méthyle, c’est un proche de l’aspirine, donc par exemple, pas d’HE de Gaulthérie couchée ou HE Gaulthérie odorante.

  • Pour les personnes qui ont déjà fait des convulsions ou des crises d’épilepsie : pas d’HE riches en camphre, en cétones , en alpha-pinène  (par exemple pas de HE Romarin ct camphre, d’HE Eucalyptus globulus…)

  • Pour les personnes qui ont un ulcère à l’estomac ou une gastrite : pas d’HE par voie orale, à quelques exceptions près…

  • Pour les personnes qui ont déjà fait une allergie à une HE : ne plus utiliser d’HE (beaucoup d’HE ont des composants communs). On parle bien sûr d’allergie et non d’intolérance cutanée à certaines HE.

  • Avec certaines HE dermo-caustiques (qui « brûlent » la peau) ou irritantes, comme HE Cannelle de Ceylan écorce, avec certaines HE photo-sensibilisantes (qui provoquent des réactions cutanées en cas d’exposition au soleil ou aux UV, comme les essences de Citrus ou l’huile de millepertuis…

  • Avec certaines HE qui peuvent être toxiques pour le foie : traitements courts en associant une HE ou une tisane protectrice. Un article ici pour aller plus loin

Dans tous les cas, et comme avec tous les médicaments, il faut respecter les doses recommandées : il est toujours inutile et souvent nocif d’augmenter la posologie, et respecter la durée du traitement : si les troubles ne s’améliorent pas, il faut consulter votre médecin !

Et bien sûr, ne jamais interrompre un traitement médical en cours !

En cas de doute, n’utilisez pas d’HE sans vérifier dans un livre sérieux ou auprès d’un professionnel qualifié.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.