Sortie botanique 31 août 2018 Grand-Marais Amiens

L’achillée millefeuille Achillea millefolium Astéracées

achillée millefeuille, saignement de nez, phytothérapie, naturopathe

 Ses noms vernaculaires la résument bien: sourcil-de-Vénus en référence à sa feuille finement découpée, herbe-à-la-coupure, herbe-de-Saint-Joseph ou herbe-des-charpentiers pour ses vertus cicatrisantes. On en dénombre une douzaine d’espèces différentes.

En tisane, elle est tonique digestive, hémostatique (arrête les saignements, épistaxis = saignement de nez notamment), anti hémorrhoïdaire. elle a la réputation de « faire venir les règles » qui sont « bloquées » suite à une émotion forte ou coup de  froid.

En externe, on mettait des cataplasmes d’achillée pour cicatriser des plaies qui ne saignent plus.

La partie active de la plante (la drogue) est la sommité fleurie.

Une précaution à connaître: si vous voyez apparaître boutons ou plaques rouges sur la peau lors de la cueillette ou après une ou deux tasses de tisane, n’en consommez plus. C’est très rare, mais le signe d’une intolérance ou d’une allergie.

L’armoise Artemisia vulgaris Astéracées

L’herbe-aux-cent-goûts

Un chapelet d’armoise jeté dans le feu de la Saint-Jean, avec l’incantation  » que toute ma malchance parte avec ceci » garantit une année de prospérité et de bonheur…

Une herbe que les cuisiniers remettent à l’honneur: en Occident, elle parfume les volailles, en Chine et au Japon, le riz gluant.

Son purin est un insectifuge efficace.

Elle est anthelmintique (vermifuge) comme la tanaisie, stomachique (facilite la digestion).

Les infusions soulagent les douleurs de règles, elle serait emménagogue .

L’armoise présente un risque abortif, même en tisane: ne jamais donner à la femme enceinte, il s’agit d’une véritable contre-indication.

Son huile essentielle est réglementée en raison de la présence de thuyone, qui peut provoquer des crises d’épilepsie et des avortements. La législation française est protectrice (vente exclusive en pharmacie), hélas, on la trouve sur Internet sans le moindre contrôle. Elle est réellement à risque: ne l’utilisez pas.

L’armoise est parfois fumée comme la marijuana. Les bâtonnets d’armoise servent de moxa.

En Ukrainien, armoise se traduit par herbe (bylj) noire (tcherno): c’est l’étymologie de Tchernobyl.

Les aubépines Crataegus oxyacantha, monogyna, levigata Rosacées

Un arbre d’une longévité remarquable: un individu est estimé vieux de 1700 ans en Mayenne.

aubépine naturopathie phytothérapie
Aubépine en fruits

Son nom latin évoque la puissance (cratos en grec: le pouvoir, la puissance)

Une médicinale remarquable, grande apaisante nerveuse, calme les palpitations sur coeur sain, l’anxiété… On utilise les fleurs ou les sommités fleuries.

L’aulne Alnus glutinosa Bétulacées

Sonia Delaunay Rythme 1938

Un arbre ou un arbuste facile à reconnaître avec ses feuilles aux nervures arquées, collantes quand elles sont jeunes (d’où son qualificatif de glutineux). Le nom d’aulne se retrouve dans des noms de lieux: Aulnay au Nord de la Loire, Verne, Vernay, Verneuil… Dans les patronymes: Delaunay, Delannoy, mais aussi Lavergne, Vergne… et Jules Verne! Son bois est réputé imputrescible, et à ce titre il a été largement utilisé pour la construction de ponts et pilotis. Pline en a dit « enfoncé dans un sol marécageux, l’aulne est éternel et supporte n’importe quelle charge ».  On affirme que Venise fut édifiée sur du bois d’aulne. Il améliore la fertilité des sols pauvres, les racines immergées sont associées à des bactéries , permettant à l’arbre d’utiliser les  nitrates au lieu de l’oxygène comme substrat à la photosynthèse: l’aulne épure nitrates et phosphates des cours d’eau. L’écorce riche en tanins a servi à tanner les peaux.

aulne phytothérapie

Anciennes indications médicinales (aujourd’hui inusitées): La feuille en cataplasme peut soulager les douleurs dans les seins des femmes qui allaitent. En bains de bouche ou gargarisme, elle apaise les inflammations des gencives et de la gorge. En gemmothérapie, l’aulne est un remède complémentaire des inflammations muqueuses (sinusites, gastrites …), des infections, des troubles veineux.SQ

Les balsamines Impatiens capensis (et I.pallida). Balsaminacées

Quand la géographie joue des tours aux botanistes. L’impatience du Cap a été nommée par un botaniste qui la pensait originaire d’Afrique du Sud. Il s’avère en réalité que c’est une plante indigène du Canada et d’Amérique du Nord.

balsamine impatiente du Cap phytothérapie

Ses noms vernaculaires touch-me-not, noli-tangere-, ne-me-touchez-pas, se rapportent à la capacité du fruit  à s’ouvrir brutalement au moindre contact pour projeter ses graines jusqu’à un mètre de la plante.

Sa présence est attestée depuis le XIXèmesiècle, dans les vallées de la Somme et de la Seine. C’est une plante envahissante qui peut former des colonies très denses au détriment d’autres espèces.

Les Amérindiens utilisent son suc pour apaiser les brûlures causées par le sumac. Selon la théorie des signatures, elle serait efficace pour calmer les frayeurs… à prouver! elle ferait aussi office d’antiparasitaire.

La bardane Arctium lappa, Lappa major, Astéracées

Chou d’âne, herbe-aux-teigneux, herbe-aux-pouilleux, oreille-de-géant, herbe-du-Seigneur…

Reconnaissable à ses capitules qui s’accrochent aux vêtements, aux pelages des animaux: c’est la bardane qui aurait inspiré l’inventeur du velcro.

Les côtes et la moelle cuites sont comestibles, ainsi que la racine de première année récoltée à l’automne, les racines torréfiées donnent un succédané de café.

La feuille fraîche en cataplasme guérirait les morsures de vipère, soulage les piqûres d’hyménoptères, et aussi les rhumatismes: usage traditionnel!

La racine de bardane est une grande dépurative, en particulier de la peau: remède incontournable des acnés, boutons, furoncles. Elle est diurétique, une des rares plantes indiquées dans les calculs rénaux. On la donne aussi  en prévention de la goutte, elle a des propriétés antidiabétiques.

La berce spondyle Heracleum spondylium Apiacées (ex- Ombellifères)

Tarte-à-lapins, patte-d’ours, herbe-du-diable

Consacrée à Hercule, du fait de sa robustesse?

Une belle plante commune, à ne pas confondre avec la géante berce-du-Caucase, irritante et non comestible.

La berce spondyle est photosensiblisante et peut être irritante. Elle est néanmoins comestible: les feuilles jeunes et graines.

Feuilles bouillies et graines fermentées donnent une bière.

En Suède, la feuille est un remède de dysenterie. La feuille fraîche est un résolutif des furoncles et abcès.

La graine fait partie des « graines chaudes » comme l’anis ou le cumin: une digestive et carminative (pour les ballonnements intestinaux)

La graine a un goût délicat, qui évoque les agrumes: incorporées à un quatre-quarts aux noix, c’est un délice.

Le bouillon-blanc Verbascum thapsus Scrophulariacées

Bouillon-blanc, Verbascum, phytothérapie, plantes pour la toux
Le bouillon-blanc: herbe à bonhomme, cierge de Notre-Dame, herbe de Saint-Fiacre

Une plante facile à reconnaître, sur les talus, les friches. On l’appelle cierge de Notre-Dame: utilisée comme cierge le 15 août, herbe de Saint-Fiacre: pour sa floraison en fin d’été (St Fiacre se fête le 30 août).

La fleur de bouillon-blanc fait partie des « espèces pectorales », avec la violette, la  mauve, le tussilage, le coquelicot, la guimauve et le pied-de-chat.

La fleur est une adoucissante des voies ORL (maux de gorge, toux d’irritation, irritations de la bouche) . Des auteurs anciens la recommandaient pour les irritations de l’estomac, mais cet usage est tombé en désuétude.

L’infusion  doit être bien filtrée, et on peut adjoindre une pincée de bicarbonate de sodium pour tamponner son acidité.  On peut aussi faire infuser dans du lait: c’était la pratique ancienne contre la tuberculose.

Vous pouvez préparer une teinture-mère (à  de fleurs fraîches) ou une teinture (à base de fleurs sèches), en laissant macérer les fleurs dans de l’alcool (1 partie de fleurs dans 5 d’alcool), puis filtration et stockage en , flacons  de verre teinté, bouchés,  à l’abri de la lumière, la posologie adulte est alors de l’ordre de 15-20 gouttes 2 ou 3 fois par jour.

Attention aux graines qui sont toxiques: les braconniers en jetaient dans les  eaux dormantes pour engourdir le poisson!

 

La bryone Bryonia dioica Cucurbitacées

Bryone, plante toxique, naturopathe, phytothérapie

Le navet-du-diable: la racine est une purgative drastique, à ne jamais utiliser.

Seul l’usage homéopathique est retenu (rhumatismes, toux qui ressemblent à la diphtérie)

Les empoisonnements surviennent en cas de confusion avec d’autres racines: NE RECOLTEZ QUE CE QUE VOUS CONNAISSEZ PARFAITEMENT!

Attention aux enfants: les baies,  rouges à maturité, sont attrayantes.

Le buddleia ou arbre à papillons Scrofulariacées

Une plante « échappée de jardin botanique »: introduite en Europe à la fin du XIXème siècle, le buddleia s’est vite étendu, au détriment parfois des espèces déjà présentes.

L’arbuste est originaire de Chine, où son nom signifie: qui enivre les poissons (les feuilles jetées dans les bassins avaient la réputation de perturber le comportement des poissons).

C’est une espèce « pionnière », devenue envahissante, qui colonise facilement les friches, talus, trottoirs…

Le buddleia n’est pas toxique pour l’Homme.

Buddleia sur un trottoir
(Amiens, juin 2019, photo SR)

Sa faculté de colonisation est le problème majeur: il s’installe avant les espèces pionnières locales, et limite la croissance et le développement d’autres espèces.

Sa présence dans un écosystème réduit le nombre de pollinisateurs: si le buddleia attire les papillons, ses feuilles ne participent pas à leur cycle biologiques, à la différence des plantes-hôtes indigènes. Et comme il a pris la place d’autres espèces végétales qui nourrissaient ces chenilles de papillons, il crée un piège écologique. Sa propension à coloniser friches industrielles, zones polluées, bords de route attire les papillons à des endroits qui ne leur sont pas favorables (pollution toxique pour les insectes, collisions sur les pare-brise des véhicules): admirer des papillons sur les buddleias est faussement rassurant.

Des mesures sont prises pour tenter de limiter son développement (arrachage, coupes au printemps…)

Le charme Carpinus betulus Bétulacées

Pour différencier le charme du hêtre, un moyen mnémotechnique à l’humour potache qui se transmet inlassablement… un être à poil charme Adam (hêtre à poils: poils sur le bord des feuilles de hêtre, charme à dents: feuilles doublement dentées du charme).

Le bois dur du charme donnait les essieux et les moyeux des roues.

Les feuilles sont riches en tanins, astringentes:

utilisation en gargarismes dans les maux de bouche et de gorge, dans les diarrhées

Le bourgeon est indiqué en complément dans les thrombopénies (manque de plaquettes sanguines), les sinusites et bronchites.

L’écorce renferme un colorant jaune.

La clématite des haies Clematis vitalba Renonculacées

Clématite, herbe aux gueux

C’est l’herbe-aux-gueux ou le berceau-de-la-Vierge.

clematite, plante comestible, phytothérapie

Les jeunes pousses sont comestibles, cuites comme les asperges, ou au vinaigre en condiment.

Mais attention à la cueillette: si elle s’appelle couramment l’herbe-aux-gueux, ce n’est pas sans raison. Les mendiants avaient coutume de s’en frotter la peau, pour créer de faux ulcères et attirer la pitié des passants… spectaculaire mais moins sérieux qu’ils n’y paraissait: la nature fournissait aussi le pansement, la simple feuille de blette qui agissait comme cicatrisant.

Ses propriétés irritantes (on dit vésicatoires: provoque des cloques) sont mises à profit pour faire tomber un ongle (après un choc, ou une mycose).

Une particularité botanique: la jolie fleur blanche est dépourvue de pétales, les languettes blanches sont les sépales.

La grande consoude Symphytum officinale Boraginacées

consoude phytothérapie plante comestible

Les fleurs sont caractéristiques, insérées d’un seul côté du rameau qui les porte.

La consoude est mellifère, mais les abeilles ne peuvent l’utiliser que si des bourdons ont percé sa corolle.

La racine coupée est employée en usage externe uniquement, sur des  traumatismes articulaires ou osseux: de là son nom d’herbe aux charpentiers, profession suejette aux hématomes et fractures.

La consoude est-elle comestible?

Elle est connue comme telle depuis au moins deux mille ans, mais les analyses récentes ont semé le doute: la consoude contient en effet en faible proportion des substances toxiques, cancérigènes, toxiques pour le foie, le poumon, tératogènes (qui entraîne des malformations du fœtus), abortives. L’OMS en déconseille donc la consommation.

Des calculs savants laissent penser qu’une consommation exceptionnelle serait sans danger: à vous de juger, un lien ici vers un article très bien documenté.

Les cornouillers Cornus mas , C.sanguinea Cornacées

Le cornouiller sanguin prend une couleur rouge à l’automne , ses rameaux au soleil sont rouges aussi.

Sa feuille est caractéristique: déchirée en deux, les parties restent attachées par les nervures.

cornouiller phytothérapie gemmothérapie

Les fruits sont irritants pour le tube digestif, attention! Les baies du cornouiller mâle seraient comestibles selon certains: à mon avis, mieux vaut ne pas goûter…

Inusité en phytothérapie, le cornouiller est utile en gemmothérapie: c’est le remède des traumatismes thoraciques fermés (hématome au niveau des côtes; côtes fêlées)

La douce-amère Solanum dulcamara Solanacées

douce-amère, phytothérapie, plante toxique

Une plante de la famille de la pomme de terre, l’aubergine, la tomate, le tabac, la belladone. La douce-amère est toxique: ses noms vernaculaires sont clairs à cet égard: tue-chien, crève-chien…

mais d’autres noms laissent entrevoir des usages médicinaux anciens : c’est la dose qui fait le poison. On la trouve aussi qualifiée d’herbe à la fièvre, herbe à la quarte, vigne de Judée.

Les premières mentions sont récentes : elles remontent à Matthiole en au XVIème siècle. Il relate que les femmes de Toscane utilise la douce amère comme cosmétique pour atténuer les taches sur la peau, et en préparation dans le vin comme laxatif.

Sa toxicité en a rendu l’usage obsolète : l’intoxication est grave dès l’ingestion d’une dizaine de baies chez l’enfant, symptômes retardés, 4 à 19 heures après l’ingestion, des troubles digestifs jusqu’au coma par détresse respiratoire.

douce-amère plantes toxiques naturopathie phytothérapie
douce-amère, plantes toxiques, naturopathie, phytothérapie

Les baies empoisonnent les oiseaux de volière (les oiseaux sauvages ne les consomment pas). 

 

L’églantier Rosa canina Rosacées

églantier cynorrhodon phytothérapie médecine alternative

Le rosier des chiens, son fruit s’appelle cynorhodon ou plus prosaïquement poil à gratter, voire gratte cul!

Le fruit séché débarrassé de ses akènes selon la formule consacrée (c’est-à-dire sans les poils qui se trouvent à l’intérieur ) est riche en vitamine C: on en fait des tisanes, et une délicieuse confiture (si vous avez la patience, il faut récolter les fruits après les premières gelées, et n’utiliser que la partie charnue).

L’églantier, en orée des bois, semble protéger sa forêt: de même, le bourgeon est utilisé chez l’enfant, comme protecteur  pour l’hiver (macérat mère de bourgeon).

Les épilobes Epilobium parviflorum, E. hirsutum, E.angustifolium Œnothéracées

Le laurier de Saint-Antoine, en Autriche on l’appelle « cheveux de femme »

épilobe naturopathie phytothérapie prostate
Crédit photo Le jardin des médicinales

Messieurs, elle est à vous!  Les épilobes soulagent les troubles masculins: inconforts liés aux adénomes de la prostate, mais aussi complément utile dans les inflammations (prostatite, épididymite, orchite…), et les cystites, tant chez l’homme que chez la femme.

Un autre usage moins fréquent: une décoction de racine (à raison de 30g par litre) est un  remède contre les aphtes.

Les feuilles sèches remplacent le thé en Russie.

L’eupatoire chanvrine Eupatorium cannabinum Astéracées

eupatoire chanvrine, phytothérapie, naturopathie, plante toxique
eupatoire phytothérapie naturopathie

On l’appelle herbe-de -Sainte-Cunégonde: en Allemagne, elle fut considérée comme une panacée, aussi miraculeuse que le tombeau de la sainte…

Les temps ont changé, elle est désormais considérée avec méfiance car elle contient en faible quantité des substances toxiques pour le foie, surtout en cas d’usage chronique (alcaloïdes pyrrolizidiniques pour les curieux): je ne peux donc plus la recommander.

Les tisanes étaient réputées apéritives (qui ouvrent l’appétit) et toniques, diurétiques et sudorifiques (augmentent la sudation: utile dans les fièvres).

Un usage encore possible: la feuille fraîche est cicatrisante.

Elle a été utilisée en cataplasmes contre la cellulite et la couperose.

La teinture calme les inflammations de la bouche (diluer dans de l’eau, ne pas avaler).

Le houblon Humulus lupulus Cannabacées

Une plante de la même famille que le chanvre indien ou marijuana… mais sans le THC!

La partie active du houblon est le strobile ou cône femelle

houblon naturopathie phytothérapie oreiller de houblon

Retenons deux grandes propriétés pour le houblon: sédatif et estrogénique

Sédatif d’abord: une infusion de houblon est un bon hypnotique. Une autre manière de profiter des  vertus du houblon sur le sommeil: deux ou trois poignées de houblon séché dans un linge glissé sous votre taie d’oreiller garantissent un sommeil de marmotte! Changer les cônes tous les 8-10 jours.

Une autre propriété du houblon : son effet estrogénique, c’est à dire semblable à l’hormone féminine (estrogène). Le houblon soulage ainsi les bouffées de chaleur de la ménopause, mais attention: il convient d’observer les mêmes précautions qu’avec un traitement substitutif allopathique! (certains auteurs décrivent un effet protecteur sur le cancer du sein , mais les résultats des études ne sont pas assez tranchés pour permettre une conclusion définitive).

L’autre indication classique liée à cet effet estrogénique est l’augmentation de la lactation: l’époque où les jeunes mamans recevaient de la bière pour « faire monter le lait » n’est pas si lointaine… Le houblon a la caractéristique d’augmenter l’appétit, effet souvent redouté, parfois souhaité!

L’iris Iris pseudoacorus Iridacées

Au printemps, ce sont les fleurs jaunes qui attirent le regard, en fin d’été, ce sont ses gros fruits. L’iris a la capacité d’absorber les métaux lourds: on l’utilise pour filtrer les eaux, dans des démarches de phyto remédiation.

iris phytothérapie

Son fruit, capsule à trois compartiments, flotte et les graines gardent leur pouvoir de germination plusieurs mois, voire une année.

Longtemps médicinale, l’iris est abandonné aujourd’hui en raison de sa relative toxicité. Le rhizome était considéré comme un remède de la cataracte par Dioscoride et Pline l’Ancien. Le rhizome est resté un remède diurétique et purgatif.

Un usage local : en Écosse, les racines bouillies avec de la limaille de fer produisent de l’encre.

Et les graines passent pour un excellent succédané de café.

C’est la fleur d’iris qui aurait inspiré le blason des rois de France: la fleur de Lys , ainsi nommée du fait de son abondance sur les berges de la Lys ou fleur de Louis? C’est aussi l’emblème de Bruxelles-capitale et de la ville de Lille.

Le lamier blanc Lamium album Lamiacées

lamier blanc

La partie utilisée est la fleur ou la sommité fleurie (le haut de la plante avec les fleurs).

Son nom vernaculaire Ortie blanche  est trompeur: elle n’a rien d’une ortie!  Si la forme des feuilles peut prêter à confusion, il s’agit d’une autre famille botanique, pas de poils urticants, floraison très différente.

Le lamier est une plante un peu passée de mode, pourtant bien intéressante, de par son abondance et ses propriétés: la tisane facilite le travail du foie et des reins, et en applications externes, elle améliore les démangeaisons du cuir chevelu tout en réduisant les pellicules.

En Allemagne, les indications autorisées sont plus larges, puisq’elle est reconnue pour dégager les voies aériennes supérieures (nez bouché, toux grasse), les inflammations de la bouche et de la gorge, et aussi les « pertes blanches ».

Le lotier corniculé Lotus corniculatus Fabacées

La forme de sa fleur lui vaut un délicieux nom vernaculaire: la pantoufle du petit Jésus.

Le lotier est anti spasmodique et calmant, mais ne s’utilise plus depuis que des analyses poussées ont révélé la présence d’acide cyanhydrique: la teneur est faible, mais la prudence s’impose…

Le millepertuis Hypericum perforatum Hypéricacées

Herbe à mille trous, herbe percée, herbe aux piqûres, chasse-diable, herbe de Saint-Jean…

millepertuis plantes médicinales phytothérapie

Le millepertuis (c’est-à-dire mille trous) est facile à reconnaître: les feuilles observées à contre-jour semblent perforées (ce sont de minuscules glandes à essence).

La partie active du millepertuis est la sommité fleurie, récoltée au début de floraison.

Le millepertuis s’utilise par voie externe ou interne.

Commençons par l’usage externe.L’huile de millepertuis, remède cicatrisant  avec une précaution à respecter: elle est très photosensiblisante, c’est-à-dire qu’elle augmente le risque de coup de soleil. Donc, si vous l’appliquez le soir sur une peau irritée ou brûlée,  la prudence exige d’attendre 48h avant de s’exposer au soleil (ou aux UV si vous demeurez adepte de cette pratique cancérigène).

Pour faire votre huile de millepertuis:

emplissez un bocal de sommités fleuries fraîches, compléterz avec une huile d’olive de première pression, agitez et laisser sur un rebord de fenêtre ensoleillé une quinzaine de jours. L’huile prend une coloration rouge caractéristique.

Filtrer et stocker à l’abri de la lumière.

En ce qui concerne l’usage interne, la première précaution à garder à l’esprit est le risque important d’interactions médicamenteuses: le millepertuis diminue l’effet de nombreux médicaments, et inversement, l’arrêt d’un traitement par millepertuis peut augmenter la toxicité des médicaments associés.

Le millepertuis contient plusieurs molécules bien identifiées, extraites en quantité variable selon le mode de préparation. Le plus souvent, on utilise l’hypericine pour« décrire » un extrait, mais les molécules qui semblent les plus actives sur le système nerveux sont dérivées d’un autre composant, l’hyperforine.
En tisane, et aux plus faibles doses d’hyperforine, le millepertuis est sédatif. Aux plus fortes doses (environ 500 à ­600mg d’extrait sec), il est antidépresseur. En Allemagne, c’est un traitement de référence dans les dépressions légères à modérées. Il a été comparé à la fluoxétine (Prozac®, avec une efficacité similaire, et moins d’effets indésirables.
Le risque d’interactions médicamenteuses potentiellement graves le rend difficile à utiliser: par prudence, ne prenez pas de millepertuis si vous suivez un autre traitement quel qu’il soit .
Utilisation en tisane, poudre totale, extrait sec ,extrait de plante fraîche standardisé, teinture-mère.

Le nénuphar jaune Nuphar lutea Nymphéacées

Le nénuphar jaune est répandu sur les eaux calmes ou dormantes.La partie utilisée est le rhizome.

Il est aujourd’hui utilisé sur la base des  usages traditionnels, mais n’a pas fait l’objet d’études pharmacologiques. L’ Agence du médicament lui avait reconnu pour un usage externe, intégré à des préparations cosmétiques, des propriétés adoucissantes de la peau, pour les crevasses, gerçures, les brûlures superficielles, l’érythème fessier du nourrisson etc.

Les auteurs anciens sont plus diserts à son égard: les médecins de l’Antiquité et du Moyen-Âge lui ont fait une réputation d’anaphrodisiaque, et Henri Leclerc le confirme au début du XXème siècle: le nénuphar peut « calmer l’excitation sexuelle et conjurer les phantasmes (sic) malsains » (ref 1)

Certains présentent les graines comme comestibles, en les faisant éclater comme les pop corns.

nénuphar anaphrodisiaque naturopathie

L’onagre bisannuelle Œnothera biennis Œnotheracées

onagre phytothérapie

On la nomme aussi belle-de-nuit, primevère du soir (bien qu’elle n’ait rien à voir avec les primevères) , ou jambon de Saint-Antoine, car sa racine cuite ressemble à du jambon!

Elle attire les papillons de nuit et les abeilles, et les oiseaux sont friands de ses graines, particulièrement riches en lipides bénéfiques.

La rosette de feuilles de première année est comestible, en soupe ou ragoût. La racine, à goût de noix, se récolte à la fin de la première année et se mange cuite (bouillie ).

Les anglais la surnomme « panacée du Roi » (King’s cure-all): une infusion de feuilles et tiges séchées serait un remède infaillible contre les rhumes!

C’est la graine qui fournit une huile particulièrement intéressante: riche en acide gamma-linolénique, elle favorise la synthèse de prostaglandines 1 (PGE 1) qui s’opposent à l’inflammation des prostaglandines 2 (PGE 2) .

On l’utilise en cosmétique comme anti vieillissement mais aussi pour soulager les eczémas secs, les psoriasis.

Par voie orale, elle fait partie des traitements incontournables des règles douloureuses, des syndromes prémenstruels, des bouffées de chaleur de la ménopause, sans les inconvénients d’une action hormonale.

Les orties Urtica dioïca, U.urens, Urticacées

ortie plante médicinale plante comestible

Vous les connaissez: les feuilles piquent!  c’est pourtant une plante comestible (se munir de gants pour la cueillette) car les poils urticants sont inactivés par la cuisson. (les conseils de cueillette, c’est par ici). C’est une plante médicinale: les parties utilisées sont les feuilles et les racines, avec des indications différentes.

L’ortie est riche en minéraux, en vitamines ( B9 ou acide folique, C, E), en protéines, en anti-oxydants. Elle contient aussi du fer , en quantité extrêmement variable selon la saison, la nature du sol, l’exposition au soleil . (Gardons à l’esprit que le fer végétal est mal assimilé par l’organisme, le fer « héminique » animal est mieux absorbé). un article par là. Avantage dans l’ortie: la présence simultanée de vitamine C qui facilite l’absorption du fer, et d’acide folique qui intervient dans la synthèse des globules rouges.

ortie naturopathie minéralisation

Parmi ses minéraux, le bore (à condition que le sol en contienne encore!) qui facilite la minéralisation osseuse associé au calcium: une bonne plante pour garantir des os solides. L’ortie contient aussi du sélénium et de la silice, du phosphore, du magnésium en quantité très inconstante, du potassium, du cuivre, du manganèse…

La feuille d’ortie est riche en protéines (5-6 g pour 100g de feuilles fraîches), et surtout contient les 8 acides aminés dits essentiels (alors que les céréales sont dépourvues de lysine et que les légumineuses sont dépourvues de méthionine).

Qui a dit « mauvaise herbe »? La feuille d’ortie est un complément multivitamines et minéraux à elle seule! une recette ici de tarte aux orties

En tisane, la feuille d’ortie est diurétique du fait de ses minéraux, et surtout minéralisante: c’est la plante de base des consolidations de fractures, des cheveux et ongles fragiles, et bien sûr du maintien de la masse osseuse.

Loin des indications officielles, mais une utilisation de bonne femme (et une nouvelle fois, je l’écris avec grand respect car un remède bonne femme est étymologiquement un remède bonne fame, c’est-à-dire de bonne renommée): la feuille d’ortie facilite la montée de lait. Si aujourd’hui peu de jeunes mamans en prennent, les éleveurs ne s’y trompent pas… l’ortie est un complément classique des vaches laitières qui ont la chance de vivre dans un élevage orienté bio.

La racine d’ortie a des indications très différentes: elle soulage les symptômes liés à l’hypertrophie bénigne de la prostate.

Et n’oublions pas le purin d’ortie, fongicide, insecticide et régulateur de croissance, le favori des jardiniers qui se préoccupent de l’environnement… En outre, l’ortie est un dépolluant naturel car elle assimile l’excès d’azote du sol.

Et un dernier usage: la tige d’ortie est une fibre textile souple, légère et résistante. Son usage est attesté aux XVII et XVIIIème siècles en Europe de l’Est. Supplantée par le coton, elle revient en force, dans le cadre des recherches de textiles écologiques. Une alternative intéressante car l’ortie est peu gourmande en eau, alors qu’il faut environ 10 tonnes d’eau pour fabriquer un kilo de coton… pensez que votre T shirt a nécessité environ 2500 litres d’eau!

Le plantain lancéolé Plantago lanceolata Plantaginacées

Herbe-aux-cinq-coutures

plantain, allergie, phytothérapie, naturopathie

Une jolie légende: si vous voulez vous faire aimer de qui vous ignore, faites toucher à la personne de l’herbe de plantain, et dévotement, portez l’herbe à votre cou…

La plante fraîche calme toutes les piqûres (orties, moustiques…) : il suffit de froisser les feuilles et de frotter la zone atteinte.

En infusion, les parties aériennes sont des anti inflammatoires des voies respiratoires: rhumes, allergies, sinusites, toux…

Les platanes Platanus sp. Platanacées

Le nom platane signifie large et plat: la feuille de platane a grossièrement la forme d’une main,  associée à la main de Gaïa, la Grande Déesse , la Terre-Mère dans la mythologie crétoise, à Tanit déesse de la fertilité pour les Carthaginois.

Vénéré chez les Grecs, il a été introduit à Rome puis en Gaule, où , considéré comme un luxe, il était soumis à un impôt!

platane histoire caducée naturopathie

Le caducée des médecins est une baguette de platane, autour de laquelle s’enroulent deux serpents (analogie entre la mue des serpents et l’écorce du platane). Et Hippocrate exerçait son art dit-on, assis sous un platane.

Dans la mythologie sikh, un sage jeta un jour un tison: il en sortit un platane… « si d’un tison peut naître un arbre, alors d’un homme ordinaire pourra jaillir le divin ».

Le platane est inusité en phytothérapie, mais la gemmothérapie (l’utilisation des parties en croissance des plantes: bourgeons, jeune écorce, radicelles, boutons floraux…) en fait un bel usage: c(est un bel adjuvant dans les maladies de peau, comme les vitiligos, psoriasis, prurits essentiels…

La ronce Rubus fruticosus Rosacées

Vous connaissez son fruit, la mûre sauvage si délicieuse .

mûres plantes comestibles ronce
Mûre sauvage, fruit de la ronce

Ne confondons pas la ronce, arbrisseau épineux de la famille des rosiers, avec les mûriers (noirs ou blancs), qui sont des arbres, portant des fruits semblables aux mûres sauvages, et dont les feuilles (pour le mûrier blanc) nourrissent les vers à soie… Pour une fois, référons nous à l’anglais: la mûre sauvage, c’est la blackberry, la mûre du mûrier , c’est la mulberry, qui peut-être white ou black, plus fade et  qui se vend souvent séchée.

mûres, phytothérapie plantes comestibles
Mulberry, mûre du mûrier

Riche en tanins, la feuille de ronce est un appoint dans le traitement des diarrhées. Mais la tradition le destine aux maux de gorge et aux toux d’irritation.

La feuille de ronce fermentée puis séchée produit un succédané de thé tout à fait acceptable.

Les fruits sont comestibles bien sûr, riches en anthocyanes, ils sont anti oxydants. Ils représentent une bonne source de fibres, de vitamines C et E, et de manganèse.

Une plante de la même famille a la réputation de faciliter l’accouchement: c’est le framboisier Rubus idaeaus (ronce du mont-Ida). Si aucune étude n’a prouvé l’efficacité du remède, la tradition est bien ancrée, et la plante est, avec certitude, non toxique: pas d’hésitation si vous êtes concernée (infusion de feuilles, 2-3 tasses par jour, le dernier mois de grossesse… malheureusement, les framboises n’ont pas les mêmes vertus!)

La salicaire Lythrum salicaria Lythracées

salicaire médecine naturelle naturopathie

Une plante très repérable! elle contient beaucoup de nectar et attire les insectes. Ses graines deviennent collantes par temps humide, et adhèrent au plumage des oiseaux qui les disséminent.

Les sommités fleuries (la partie fleurie) est astringente: c’est une anti diarrhéique efficace.

On peut la sécher pour les infusions, ou la réduire en poudre pour appliquer sur les intertrigos (« pied d’athlète ») ou préparer une teinture pour usage externe à partir de la plante sèche (1 partie de plante sèche pour 5 d’alcool à 60°, macération 15 jours environ, filtrer et conditionner).

Les saules Salix purpurea, spp. L, Salicacées

Linné en dénombrait 29 espèces, aujourd’hui les botanistes en répertorient environ 500.

Dans la même famille, on trouve les peupliers: chatons pendants pour les peupliers, dressés pour le saule. Il est  habituel d’étêter les saules: ce sont des têtards.  Ces saules têtards sont des habitats pour beaucoup d’animaux, mammifères, oiseaux… car la cicatrisation de la repousse crée des cavités et des excroissances naturelles: un véritable écosystème à lui seul! On nomme osiers les saules à rameaux longs et flexibles. Les saules contiennent tous des principes actifs analogues.

La partie active est l’écorce de tige, les feuilles sont beaucoup moins concentrées. Les chatons sont réputés anaphrodisiaques (qui calme les ardeurs sexuelles, décrit par Jacques Daléchamps au XVIème siècle), calmants et antispasmodiques.

L’écorce de saule contient une substance remarquable: l’acide salicylique. La décoction de saule est, comme l’aspirine, antiinflammatoire, fébrifuge, antalgique… si la décoction de saule est peu irritante pour l’estomac, il n’en est pas de même pour l’acide salicylique: ce constat a conduit à synthétiser un produit dérivé, l’acide acétylsalicylique, plus connu sous le nom d’aspirine.

Les décoctions d’écorce de saule gardent un grand intérêt pour soulager maux de tête, inflammation, fièvre: moins agressif que l’aspirine, le saule est efficace. À réserver à l’adulte, contre-indiqué chez la femme enceinte, l’enfant (car pas de dosage possible), en association avec les anticoagulants, en cas d’allergie aux salicylés.

Vous pouvez préparer une teinture (une part d’écorce de tige pour 4 parts d’alcool), du vin de saule (50g par litre de vin blanc).

saule phytothérapie écosystème
Saule pleureur

Les racines filtrent l’eau, le saule épure son environnement. Son système racinaire vigoureux protège les berges.

Le sureau noir Sambucus nigra Adoxacées (ex- caprifoliacées)

Arbre-de-Judas

Attention à ne pas confondre avec le sureau hièble: le sureau noir a un tronc ligneux, comme un arbre.

Feuilles et seconde écorce sont réputées toxiques (elles contiennent une faible proportion d’acide cyanhydrique).

Les fleurs font d’excellents beignets, au printemps, ainsi qu’un cordial réputé (en Angleterre), et un sirop rafraîchissant.

Les fleurs séchées sont diurétiques, sudorifiques et fluidifient les sécrétions bronchiques: c’est la tisane des rhumes, des états grippaux.

Les fruits crus sont irritants voire toxiques. Un extrait de fruits est néanmoins immunostimulant.

Le sirop de sureau est un bon anti-viral: à préparer pour un état grippal cet hiver.

Faire bouillir 10 minutes un litre d’eau avec 1kg de sucre, ajouter 1 kg de baies sans tiges pour 4 minutes, 30g d’acide citrique (pour la conservation) ou le jus de 2 citrons ou des clous de girofle, laisser tiédir , filtrer, porter de nouveau à ébullition et stocker en bouteilles stérilisées.

Se conserve 6 à 9 mois environ. Pour les rhumes, états grippaux: 3 à 6 cuillerées à soupe par jour.

La tanaisie Tanacetum vulgare Astéracées

tanaisie phytothérapie médecine naturelle vermifuge insectes

Ses noms vernaculaires sont évocateurs de ses propriétés: herbe-aux-vers, herbe-amère, sent-bon…

La tanaisie est toxique par voie orale à forte dose, mais les infusions peu concentrées demeurent possibles.

La tanaisie est un insecticide réputé: feuilles sèches dans la litière, dans les paniers des animaux domestiques,  pour chasser les puces.

tanaisie vermifuge naturopathe phytothérapie

La graine est un vermifuge efficace: 5g de graines dans 100 mL d’eau bouillante, à prendre le matin à jeun plusieurs jours de suite, ou 2g de poudre dans du miel…

Pour les enfants, on préfère le cataplasme de feuilles fraîches appliqué sur ventre, à renouveler plusieurs jours.

Les semences peuvent même s’incorporer dans un gâteau, de même qu’une ou deux cuillerées d’infusion de fleurs !

La vipérine Echium vulgare Boraginacées

Herbe-aux-vipères, langue-d’oie

vipérine bourrache toux naturopathie phytothérapie

De jolies fleurs bleues à maturité, mais souvent rouges en début de floraison en raison du changement d’acidité dans la plante.

Elle n’est pas répertoriée comme plante médicinale, mais on peut éventuellement utiliser les fleurs comme celles de bourrache: pour la toux et les maux de gorge.

Attention toutefois à n’utiliser que de faibles doses et sur peu de temps: la vipérine contient un alcaloïde paralysant (comme le curare): l’échiine ou cynoglossine. La concentration est si faible que la plante n’est pas toxique chez l’Homme, mais c’est une précaution à connaître!

Son nom de vipérine vient de sa morphologie, la fleur ressemble à une tête de vipère, et elle a longtemps eu la réputation d’en soigner les morsures: réputation usurpée semble-t-il !

Bibliographie succincte

1- Paul-Victor Fournier Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France Éd. Omnibus

2- Breverton’s Complete herbal, based on Culpeper’s The English Physitian and Compleat Herball of 1653 Éd.Quercus

3- Marie-Antoinette Mulot herboriste diplômée  Secrets d’une herboriste Éd.Dauphin

4- Jean Bruneton Pharmacognosie, phytochimie, plantes médicinales , 5ème édition, ED.Lavoisier Tec et doc

5- Max Wichtl, Robert Anton Plantes thérapeutiques Tradition, pratique officinale, science et thérapeutique  2ème édition, Ed.Lavoisier, Tec et doc

6- Dorvault L’officine, répertoire général de pharmacie pratique dix-huitième édition-bis, Vigot frères, éditeurs, 1945

7- Fabienne Millet Phytothérapie pour sages-femmes, IDE, et personnel soignant. Propositions de soins en aromathérapie Phytothérapie  (2017) 15:189-196

8- Michel Faucon Traité d’aromathérapie scientifique et médicale Sang de la Terre

9- Fabienne Millet Le guide Marabout des huiles essentielles Ed Marabout

10- Michel Dubray Guide des contre-indications des principales plantes médicinales  Ed.Lucien Souny

 Eric Chabert, Pauline Delplanque, Morgan Ensminger, Elsa de Froment, Vincent Hamonet, Frédérique le Monnier, Nathalie Machon, Elvia Marcella, Stéphane Rutard, Guide d’identification et de gestion des Espèces Végétales Exotiques Envahissantes, Muséum Nation d’Histoire Naturelle, GRDF, la Fédération Nationale des Travaux Publics, ENGIE Lab CRIGEN, 18 mai 2016

Fiche Info du Buddleia Davidii, plantes envahissantes du Canton de Vaud (Suisse)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.