Le chêne

Les chênes Quercus robur, Quercus sp., Fagacées

Un genre très varié, de la même famille botanique que le hêtre et le châtaignier: environ 450 espèces dénombrées et 150 hybrides!

 

On connaît le chêne-vert et le chêne-liège, mais aussi le tauvin et le vélani (ses glands sont comestibles). Les deux chênes les plus répandus dans notre région sont le chêne rouvre, c’est celui-ci que les Gaulois vénéraient, et le chêne pédonculé (c’est en général celui  auquel on pense quand on parle du chêne sans précision).

chêne QuercusLe chêne est un arbre sacré: dédié à Zeus par les Grecs, à Jupiter par les Romains, c’est l’arbre de vie dans les tribus germaniques. Les druides recueillaient l’eau de pluie dans les creux des chênes pour les rituels de purification.

 

C’est un arbre d’une grande longévité: il peut vivre plus d’un millénaire, majestueux, avec une hauteur atteignant 40 mètres et une frondaison aussi large. On montre ainsi en Angleterre dans la forêt de Nottingham, un immense chêne sous lequel se serait abrité Robin de bois!

Apparu sur Terre il y a 66 millions d’années, il est indissociable de l’Homme: les premières roues étaient en chêne, ses tanins ont permis de transformer les peaux en cuirs, son bois a été transformé en charbon, permettant la fabrication d’ustensiles en métal. Son bois a construit les forteresses romaines, des bateaux (5000 chênes pour le navire de l’amiral Nelson construit vers 1760).

Le chêne est un abri pour de nombreuses espèces, un vrai garant de la biodiversité de nos forêts: on a dénombré en Angleterre 400 espèces d’insectes dans un seul arbre. Les espèces les plus efficaces pour la reproduction spontanée des chênes sont les geais et les écureuils: ils font des réserves de glands…mais ne les utilisent pas toujours!

L’écorce, la feuille, les glands, les galles (sorte de « tumeur » pathologique qui se développent sur les feuilles) sont riches en tanins: ceci explique le caractère irritant des infusions ou décoctions de chêne pour le tube digestif.

On a utilisé ses propriétés astringentes pour traiter la dysenterie et des diarrhées: le café de glands peut s’ajouter à du café ou de la chicorée pour cet effet anti-diarrhéique.

chêne naturopathie
Ecorce de chêne

En usage externe, l’écorce séchée réduite en poudre arrête les saignements.

Traditionnellement, on peut lotionner un eczéma suintant avec une décoction de jeune écorce de chêne, mais éviter les bains si les lésions sont très étendues. Des usages anciens qui se sont perdus: une décoction de chêne est efficace contre la transpiration excessive des pieds, et le bain de bouche soulage les inflammations de la bouche (mais attention au risque de coloration des dents).

Les macérats de bourgeons et jeunes pousses sont réputés toniques: c’est en gemmothérapie un remède de la sénescence masculine., et un bon remède de la gencive (parodontoses). Et de façon plus anecdotique, un bourgeon apprécié des sportifs à la recherche de gain de masse musculaire, sans risque de dopage!

Les glands ont une importante valeur nutritive: une fois torréfiés, ils sont moins astringents et permettent de préparer un succédané de café. Dorvault précise (édition de 1945): ce café est stomachique et n’est pas excitant comme le vrai café. Moulus, on en tire une farine. Le chêne est généreux en fruits: plusieurs dizaines de milliers de glands par an pour un chêne « adulte » (il faut au moins cinquante ans pour que l’arbre commence à fructifier). La récolte des glands a été réglementée. Il s’agit d’une activité qui ne demandait pas un travail trop pénible: ramasser des glands… c’est glander!

phytothérapie chêneEssence abondante, le chêne a laissé sa marque dans les noms de lieux: Oakland, Le Chesnay, Dubrovnik… et dans des noms de personnes: Chénier, Queneau, Ducasse (comme Isidore, dit comte de Lautréamont)

Et n’oublions pas que notre robuste Quercus robur a donné son nom à l’un des héros de Jules Verne, Robur le conquérant!

Pour aller plus loin

Henriette Walter , Pierre Avenas La majestueuse histoire du nom des arbres Ed.Robert Laffont, 2017

Marie-Antoinette Mulot herboriste diplômée  Secrets d’une herboriste Éd.Dauphin

Bill Laws Fifty plants that changed the course of History Firefly Books

Paul-Victor Fournier Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France Éd. Omnibus

Breverton’s Complete herbal, based on Culpeper’s The English Physitian and Compleat Herball of 1653 Éd.Quercus

Jean Bruneton Pharmacognosie, phytochimie, plantes médicinales , 5ème édition, ED.Lavoisier Tec et doc

Gérard Guéniot, Franck Ledoux ULa phytembryothérapie, l’embryon de la gemmothérapie Ed.Amyris

Michel Dubray Guide des contre-indications des principales plantes médicinales  Ed.Lucien Souny

Max Wichtl, Robert Anton Plantes thérapeutiques Tradition, pratique officinale, science et thérapeutique  2ème édition, Ed.Lavoisier, Tec et doc

Dorvault L’officine, répertoire général de pharmacie pratique dix-huitième édition-bis, Vigot frères, éditeurs, 1945

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.