Le buddleia, ou arbre-aux-papillons

Buddleia davidii

Un peu de botanique

Armand David 1826-1900

Le buddleia ou arbre aux papillons ou lilas d’été est un arbuste de la famille des Scrofulariacées. Il a été découvert au Tibet en 1869 par un missionnaire français, le père Armand David. Il a été décrit par Adrien René Franchet , un botaniste du Museum d’Histoire Naturelle de Paris en 1887.

Deux hommages en un seul nom

Le nom scientifique de l’arbre aux papillons est Buddleia davidii Franch.

Buddleia est le nom de genre attribué par Linné (donc bien avant l’arrivée en Europe du buddleia rapporté par le père David), en hommage à un botaniste anglais, Adam Buddle. Le nom d’espèce, davidii, attribué par Franchet, se réfère à Armand David.

Il présente un intérêt ornemental, nécessite peu d’entretien, résiste aux gelées comme à la sécheresse, mais son potentiel invasif requiert des précautions.

Il existe environ 140 espèces de buddleias.

Une espèce végétale exotique envahissante (EVEE)

Une EVEE est une espèce introduite par l’Homme (volontairement ou accidentellement) en dehors de son aire de répartition naturelle, dont l’implantation et la propagation menacent les écosystèmes, les habitats ou les espèces indigènes, avec des conséquences écologiques ou sanitaires négatives. On les appelle aussi espèces invasives.

Ces espèces ont des impacts :

  • d’ordre écologique: sur la biodiversité locale et les écosystèmes
  • d’ordre sanitaire: allergies, brûlures
  • d’ordre économique: coûts de gestion, baisse des rendements agricoles, atteinte des ouvrages de voirie, de construction…

Toutes les espèces exotiques ne sont pas invasives, et des espèces locales sont parfois envahissantes!

Le buddleia est une EVEE: il a un impact écologique et un impact économique. Il n’a pas d’incidence sur la santé humaine. Son impact à long terme est encore mal connu.

Le buddleia s’implante partout… Photo SRobin

Un développement (trop) facile et rapide

Le buddleia de David était d’abord un arbuste ornemental cantonné aux jardins: il s’en est « échappé » facilement. En effet, les graines sont disséminées en premier lieu par le vent. Lorsque l’arbuste d’implante près de routes ou de voies ferrées, le souffle des voitures ou des trains facilite encore la dissémination. Les graines peuvent aussi être entraînées par l’eau, par les hommes (roues, terre de déblaiement), par le compostage. Chaque arbuste produit de cent mille à trois millions de graines chaque année. Les graines restent enfermées tout l’hiver dans les fruits qui les libèrent au printemps: on peut ainsi éviter une dissémination intempestive en coupant à l’automne les hampes florales fanées. Et il forme très facilement des boutures, des rejets par la souche si l’arrachage n’est pas complet.

Un impact sur la diversité

Le buddleia colonise les milieux remaniés avant les espèces locales (par exemple lors de la création ou de travaux sur une route, des travaux de construction) . La rapidité de croissance et de dissémination empêche ensuite les espèces indigènes de s’implanter. Il entre en concurrence avec les espèces locales dont on ne peut que constater la régression. Un exemple en France, en Savoie (Drance, et lac d’Annecy): le buddleia a réduit la population de saules sur les berges, ce qui a un impact sur la population de castors (ils consomment les saules, mais pas les buddleias), gêne la nidification des martins-pêcheurs, et entre en concurrence avec une espèce endémique , l’argousier. Dans les Pyrénées, le buddleia menace une espèce endémique ,Valeriana pyrenaïca que l’UICN a classée en LC sur sa liste rouge des espèces menacées.

Quand il s’installe sur les berges d’un cours d’eau, il aggrave l’érosion, car il est facilement déraciné lors de crues.

Un impact économique

Quand il envahit le bord des voies ferrées ou des routes, il nécessite d’importantes intervention d’entretien.

Un piège pour les papillons

Le buddleia attire les papillons, mais ne nourrit pas leurs chenilles

Le buddleia a une longue période de floraison (de juin à septembre selon les régions) et attire les insectes, en particulier les papillons. Ce qui semble plutôt favorable de prime abord se révèle vite néfaste. En effet, si le nectar est bien présent, les feuilles du l’arbuste ne peuvent pas nourrir les chenilles, à la différence des plantes qu’il a remplacées (orties, graminées, autres arbustes… ). En outre, de nombreux papillons ne se nourrissent pas du buddleia, mais de certaines espèces indigènes qui régressent voir disparaissent devant le développement du buddleia dans leur zone.Autre écueil pour les insectes: quand le buddleia s’est implanté en bordure d’autoroute, de voies ferrées, la mortalité des insectes est particulièrement importante (pollution , collisions avec les véhicules).

Comment lutter?

Le buddleia de David est un arbuste qui tolère les gelées importantes, la sécheresse, tous les types de sol: il s’adapte à peu près partout, que soit dans un climat méditerranéen, continental ou océanique. Seule une exposition à l’ombre semble gêner son développement. Il est peu sensible aux ravageurs, à l’exception de quelques chenilles et virus foliaires (qui s’attaquent aux feuilles).

Si vous souhaitez planter un buddleia de David dans votre jardin, choisissez un cultivar stérile: il restera ainsi sagement installé où vous l’aurez décidé. Si vous gardez un buddleia arrivé spontané, il est recommandé de couper ses fleurs en fin de saison, afin d’éviter une dissémination hivernale des graines. En cas d’arrachage, il faut prendre grand soin au dessouchage, car les rejets se forment très facilement. Et il est nécessaire de recourir à un service de traitement des déchets, car il forme rapidement des boutures.

Le buddleia de David est classé comme invasive avérée ou potentielle par les observatoires européens et les conservatoires botaniques nationaux.

Bibliographie sommaire

Eric Chabert, Pauline Delplanque, Morgan Ensminger, Elsa de Fromant,
Vincent Hamonet, Frédérique Le Monnier, Nathalie Machon, Elvia Marcellan, Stéphane Rutard. Guide d’identification et de gestion des espèces exotiques envahissantes sur les chantiers de travaux publics

http://www.fcbn.fr/sites/fcbn.fr/files/ressource_telechargeable/fiche_buddleja_davidii_sr.pdf

https://www.codeplantesenvahissantes.fr

Inventaire national du patrimoine naturel https://inpn.mnhn.fr/espece/listerouge/FR/Flore_vasculaire_metropole_2018

GT IBMA. 2016. Buddleja davidii. Base d’information sur les invasions biologiques en milieux aquatiques. Groupe de travail national Invasions biologiques en milieux aquatiques. UICN France et Onema.

Pays d4Evian Vallée d’Abondance. Plantes invasives http://www.cc-peva.fr/2616-plantes-invasives.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.