L’huile essentielle de menthe poivrée

La plus connue des huiles essentielles de menthe! le point sur son utilisation, les précautions à respecter, ses indications.

Menthe poivrée
Mentha piperita

Une HE bien définie

Comme toujours, quelques points à vérifier:

la dénomination botanique

Il s’agit de l’HE extraite de Mentha x piperita . Assurez-vous du nom latin : il existe d’autres HE de menthe (par exemple M.arvense, M.viridis, M.pulegium, M.citrata).

D’un point de vue botanique, la menthe poivrée est issue de l’hybridation entre la menthe aquatique (M.aquatica) et la menthe verte (M.spicata). C’est une menthe stérile. C’est une plante de la famille des Lamiacées , vigoureuses, voire envahissante!

la partie utilisée

L’HE est extraite des parties aériennes (feuilles et tiges), récoltées avant la floraison. L’extraction est une distillation à la vapeur d’eau pour un usage médicinal.

l’analyse des constituants

Une HE menthe poivrée contient plusieurs dizaines de composants. Les plus caractéristiques:

  • le menthol: 40-50%
  • la menthone 20-30%
  • l’acétate de menthyle 10%
  • et aussi: oxydes, monoterpènes, sesquiterpènes…

l’analyse des polluants

Un laboratoire sérieux peut vous fournir une analyse des principaux pesticides organo-chlorés et organo-phosphorés: les teneurs doivent se situer sous les normes (l’absence totale, hélas, est une exception). C’est un gage de qualité, car une contamination n’est jamais exclue, même pour une HE issue d’une culture bio.

Les contre-indications et les précautions

Ce n’est pas parce qu’un produit est naturel qu’il est anodin.

L’HE menthe poivrée est absolument, formellement contre-indiquée chez l’enfant de moins de 30 mois, et doit être utilisée avec la plus grande prudence en-dessous de 7 ans. Pendant la grossesse, considérez la comme contre-indiquée également: de rares exceptions possibles, mais jamais en automédication .

Elle est contre-indiquée en cas de lithiase biliaire (calculs dans la vésicule) ou d’inflammation de la vésicule biliaire et de troubles hépatiques graves.

Elle est contre-indiquée en cas d’antécédents de convulsions ou d’épilepsie, même bien équilibrée par un traitement. Elle est à éviter à doses élevées en cas de troubles graves du rythme cardiaque.

Et contre-indication commune à toutes les HE: ne jamais employer si vous avez développé une réaction allergique (à ne pas confondre avec une irritation ou une intolérance) à une HE, quelle qu’elle soit.

Attention aux applications près des yeux: elle est irritante. Elle est aussi irritante sur la peau: éviter de l’appliquer pure!

Traditionnellement, il est recommandé d’éviter l’usage de l’HE menthe poivrée avec un traitement homéopathique.

Pas de bonbons à la menthe avec un traitement homéopathique

La toxicité de l’HE menthe poivrée est liée à des doses trop élevées par voie orale (à avaler) ou un usage inadéquat par voie cutanée. La toxicité est faible dans le cas d’une utilisation avec les bonnes posologies, les dilutions et le mode d’emploi adaptés.

Les indications

Système digestif

douleurs abdominales

L’HE de menthe poivrée est une grande anti spasmodique digestive: elle est efficace pour soulager les ballonnements, les symptômes du côlon irritable, elle améliore la digestion. C’est également une antiseptique du tube digestif. Pour ces indications, la voie cutanée est à privilégier, l’HE étant diluée dans une huile végétale, sans dépasser 15% chez l’adulte. La voie orale est possible, il faut alors des gélules ou des capsules gastro-résistantes. Elle augmente la sécrétion et l’excrétion de la bile.

Elle calme les nausées , notamment post-opératoires, ainsi que le mal des transports: l’inhalation sèche, prudemment (attention aux yeux et aux muqueuses), la voie orale est possible (sans dépasser une goutte par prise, 5 gouttes par jour en traitement bref, et bien sûr sur support neutre , à garder en bouche avant d’avaler. Jamais en cas d’irritation de l’estomac ou de l’œsophage).

Pour les douleurs gastriques, les crampes d’estomac: seule la voie cutanée diluée est possible, l’HE étant diluée dans une végétale, sans dépasser 15% chez l’adulte.

Troubles respiratoires

soigner son rhume

Pour le nez bouché: en inhalation sèche, prudemment (attention aux yeux et aux muqueuses).

Dans certaines toux, car elle est expectorante et anti spasmodique: en application externe, associée à une autre HE antiseptique, antispasmodique ou fluidifiante selon les cas.

Sur le système nerveux

L’HE de menthe poivrée favorise la concentration

L’HE menthe poivrée est une HE est tonique, stimulante. Elle améliore la concentration.

Sur les douleurs

 huile essentielle menthe poivrée antalgique
Un effet « glaçon » apprécié

C’est la voie cutanée diluée qu’il faut utiliser en priorité. Elle est associée selon les indications à une HE anti inflammatoire, ou relaxante musculaire ou une antalgique agissant par un autre mécanisme .

C’est une HE incontournable des coups, des douleurs musculaires, des névralgies.

Migraines et céphalées

Pour les maux de tête et les migraines: appliquer l’HE de menthe poivrée diluée à 10-15% à la racine des cheveux, sur les tempes. Attention à l’irritation des yeux et du nez! Elle est particulièrement recommandée pour les maux de tête liés à des troubles digestifs et les céphalées de tension. L’efficicité sur les migraines est documentée, en application sur le front et les tempes, ainsi que par une forme non réalisable automédication, mais prometteuse: en instillations nasales d’une solution huileuse à 15% d’HE Mentha piperita.

Sur les troubles cutanés

Son effet antalgique est bien utile pour soulager les coups de soleil et les piqûres d’insectes ( toujours voie cutanée diluée à 10-15%), associée si nécessaire à une HE anti histaminique, anti inflammatoire, antalgique par un autre mécanisme. De même, pensez-y pour les démangeaisons et irritations, si la peau n’est pas égratignée.

herpes labial

Pour les boutons de fièvre, elle est associée avec des HE antivirales dont elle complète l’action, tout en ajoutant un effet antalgique bienvenu. Quand des douleurs persistent après une infection à herpès-virus (dans le cas d’un zona), l’HE de menthe poivrée en application cutanée, diluée dans une huile végétale, apporte un soulagement.

Contre les insectes

L’HE menthe poivrée est une très bonne répulsive contre les moustiques, les mouches, ainsi que les fourmis. Une goutte sur un vêtement, ou aux coins de la pièce, ou aux endroits de passage des fourmis.

Et aussi

Les usages en confiserie et en cuisine sont toujours intéressants: essayer d’aromatiser un petit flacon d’huile d’olive ou de colza avec quelques gouttes d’HE menthe poivrée et d’essence citron vert pour un assaisonnement très parfumé et frais par exemple.

Dans le domaine de la recherche

Utilisée au décours d’une coloscopie, l’HE menthe poivrée faciliterait son déroulement en réduisant les spasmes. Toujours dans le domaine digestif, elle soulage aussi les douleurs liées à des spasmes œsophagiens.

Des études tendent à prouver un effet larvicide important sur les larves le la mouche domestique et celles d’un anophèle, ouvrant une voie de lutte contre le paludisme: les recherches continuent. Dans le même domaine, des essais menés avec des mélanges d’HE dont celle de menthe poivrée se sont avérés efficaces contre une espèce de tique qui transmet une zoonose .

Le mot de la fin

revient à Robert Sabatier, bien sûr!

Bibliographie

Les articles scientifiques

Alammar N, Wang L, Saberi B, Nanavati J, Holtmann G, Shinohara RT, et al. The impact of peppermint oil on the irritable bowel syndrome: a meta-analysis of the pooled clinical data. BMC Complement Altern Med. 2019 Jan 17;19(1):21.

Chauhan N, Malik A, Sharma S, Dhiman RC. Larvicidal potential of essential oils against Musca domestica and Anopheles stephensi. Parasitol Res. 2016 Jun;115(6):2223–31.

Göbel H, Heinze A, Heinze-Kuhn K, Göbel A, Göbel C. Peppermint oil in the acute treatment of tension-type headache. Schmerz. 2016 Jun;30(3):295–310.

SJ, Harding LM, Baranowski AP. A novel treatment of postherpetic neuralgia using peppermint oil. Clin J Pain. 2002 Jun;18(3):200–2.

Hines S, Steels E, Chang A, Gibbons K. Aromatherapy for treatment of postoperative nausea and vomiting. Cochrane Database Syst Rev. 2012 Apr 18;(4):CD007598.

Hunt R, Dienemann J, Norton HJ, Hartley W, Hudgens A, Stern T, et al. Aromatherapy as treatment for postoperative nausea: a randomized trial. Anesth Analg. 2013 Sep;117(3):597–604.

Khalaf MHG, Chowdhary S, Elmunzer BJ, Elias PS, Castell D. Impact of Peppermint Therapy on Dysphagia and Non-cardiac Chest Pain: A Pilot Study. Dig Dis Sci. 2019 Aug;64(8):2214–8.

Khanna R, MacDonald JK, Levesque BG. Peppermint oil for the treatment of irritable bowel syndrome: a systematic review and meta-analysis. J Clin Gastroenterol. 2014 Jul;48(6):505–12.

Kovács JK, Felső P, Horváth G, Schmidt J, Dorn Á, Ábrahám H, et al. Stress Response and Virulence Potential Modulating Effect of Peppermint Essential Oil in Campylobacter jejuni. Biomed Res Int. 2019;2019:2971741.

Pohlit AM, Lopes NP, Gama RA, Tadei WP, Neto VF de A. Patent literature on mosquito repellent inventions which contain plant essential oils–a review. Planta Med. 2011 Apr;77(6):598–617.

Schnitzler P, Reichling J. [Efficacy of plant products against herpetic infections]. HNO. 2011 Dec;59(12):1176–84.

Rafieian-kopaei M, Hasanpour-dehkordi A, Lorigooini Z, Deris F, Solati K, Mahdiyeh F. Comparing the Effect of Intranasal Lidocaine 4% with Peppermint Essential Oil Drop 1.5% on Migraine Attacks: A Double-Blind Clinical Trial. Int J Prev Med [Internet]. 2019 Jul 5 [cited 2019 Aug 31];10. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6647908/

Schuhmacher A, Reichling J, Schnitzler P. Virucidal effect of peppermint oil on the enveloped viruses herpes simplex virus type 1 and type 2 in vitro. Phytomedicine. 2003;10(6–7):504–10.

Shah I, Baffy NJ, Horsley-Silva JL, Langlais BT, Ruff KC. Peppermint Oil to Improve Visualization in Screening Colonoscopy: A Randomized Controlled Clinical Trial. Gastroenterology Res . 2019 Jun;12(3):141–7. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6575129/

Štefanidesová K, Škultéty Ľ, Sparagano OAE, Špitalská E. The repellent efficacy of eleven essential oils against adult Dermacentor reticulatus ticks. Ticks Tick Borne Dis. 2017;8(5):780–6.

Ouvrage généraux

Dominique Baudoux Les carnets pratiques d’aromathérapie selon l’école française. Grossesse

Dominique Baudoux Les carnets pratiques d’aromathérapie selon l’école française. Pédiatrie

Michel Faucon Traité d’aromathérapie scientifique et médicale Sang de la Terre

Pierre Franchomme, Roger Jollois, Daniel Pénoël L’aromathérapie exactement Ed.roger Jollois

Fabienne Millet Le guide Marabout des huiles essentielles Ed Marabout

Auteur de l’article: Sabine Robin, docteur en Pharmacie, DU phyto-aromathérapie clinique, DU micronutrition exercice et santé.

L’auteur déclare ne présenter aucun conflit d’intérêt financier avec l’industrie pharmaceutique ou laboratoire ou fabricant de produits ou matériels médicaux.

copyright

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.