Le marronnier d’Inde

Marronnier Aesculus hippocastanum Sapindacées

 

marronnier NaturopathieChauds les marrons, chauds!  Eh non, ces marrons-là ne se mangent pas ! (ce sont les fruits du châtaignier qui deviennent des marrons glacés, et pas les fruits du marronnier!). Mais on nomme aussi marrons les fruits de certains châtaigniers cultivés!

Botanique

Le marronnier est arrivé récemment en Europe , en 1615 précisément, en provenance de Turquie, sous le nom de châtaigne de cheval : hippocastaneum.

C’est un grand arbre (20-30 m), aux feuilles composées palmées de 5 à 7 folioles.

naturopathe amiensLes bourgeons sont très collants, les fleurs sont irrégulières, odorantes, blanches à roses, regroupées en cymes. Le fruit est épineux, il contient en général une seule graine (le marron), avec une tache plus claire: le hile . Il est âcre et amer.

Propriétés médicinales

Les parties utilisées sont la graine, l’écorce et la feuille.

Les usages traditionnels se rapportent aux troubles de la circulation: fragilité capillaire, jambes lourdes, hémorroïdes.

Les extraits de marronnier d’Inde contiennent un pourcentage déterminé en aescine, pour un usage interne ou externe.

Un usage traditionnel qui ne figure plus à la Pharmacopée: l’écorce des branches de plus trois ans en décoction, très astringente, est un bon remède anti diarrhéique (associé à l’écorce de chêne), et un tonique.

L’écorce était réputée fébrifuge, comme le quinquina, mais son activité n’intervient qu’à doses très importantes mal tolérées.

Sous Louis XV, la poudre de marron d’Inde est un sternutatoire, une médication oubliée qui fait éternuer: pour les nez bouchés!

Un autre usage ancien, détrôné par les cosmétiques: une décoction tiède de marron d’Inde apaise la couperose, en compresses à garder une dizaine de minutes sur les zones atteintes. Et la même décoction renforcerait les cheveux!

Et puis vous savez bien sûr que deux ou trois marrons gardés dans la poche vous garderont des rhumatismes!

Précautions d’emploi

L’usage interne n’est pas recommandé chez l’enfant, la femme enceinte ou allaitante. Des interactions avec les médicaments anti coagulants sont possibles. Ne pas appliquer sur des plaies ou une peau ulcérée. Le marronnier d’Inde peut engendre des troubles gastro-intestinaux (brûlures d’estomac, crampes…)

Ethnobotanique

Lorsque le docteur Bachelier introduit le marronnier en France, c’est avant tout comme arbre d’ornement. Ensuite, un palefrenier essaie d’ajouter de la poudre de marrons dans le fourrage des chevaux et constate qu’ils s’essoufflent moins: ce qui rejoint l’usage traditionnel en Turquie, pays d’origine de l’arbre, et explique son nom vernaculaire châtaigne de cheval.

Les premières mentions du marronnier sont tardives: Mathiole est le premier à le citer en 1565.

Riche en saponines, la pulpe de marron remplace le savon pour les mains, chez les serruriers, les ramoneurs et les forgerons, selon Cazin.

On en fait aussi une colle à bois qui éloigne les insectes.

La poudre mêlée à l’eau d’arrosage chasse les vers de terre des pots de fleurs.

L’écorce du marronnier fournit un colorant…marron , jadis utilisé en teinturerie.

En argot de journaliste, un marronnier est un petit article qui revient chaque année à la même époque, comme les fleurs de marronniers immuablement au printemps. Mais l’expression aurait une origine plus précise: un marronnier rose du jardin des Tuileries planté en 1792, qui dit-on, fleurissait ponctuellement au premier jour du printemps, et faisait chaque année l’objet d’un court article.

 

 

Pour aller plus loin

Jean Bruneton Pharmacognosie, phytochimie, plantes médicinales , 5ème édition, ED.Lavoisier Tec et doc

Michel Dubray Guide des contre-indications des principales plantes médicinales  Ed.Lucien Souny

Jacques Fleurentin, Jean-Claude Hayon  Des plantes toxiques qui soignent Ed. Ouest-France 2011

Paul-Victor Fournier Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France Éd. Omnibus

Bob Press Green guide to trees of Britain and Europe Bloomsbury

Aline Raynal-Roques La botanique redécouverte Ed.Belin INRA 2008

Marie-Antoinette Mulot herboriste diplômée  Secrets d’une herboriste Éd.Dauphin

Henriette Walter , Pierre Avenas La majestueuse histoire du nom des arbres Ed.Robert Laffont, 2017

Max Wichtl, Robert Anton Plantes thérapeutiques Tradition, pratique officinale, science et thérapeutique  2ème édition, Ed.Lavoisier, Tec et doc

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.