Le noisetier

Noisetier, Corylus avellana, Bétulacées

À l’époque Romaine, le centre de culture des noisetiers était la Campanie, autour de la ville d’Avella, aujourd’hui Avella (au Nord du Vésuve): c’est ce nom qui est à l’origine de avellana, mais aussi d’un autre nom commun de la noisette: aveline (et avelinier pour l’arbuste), ainsi que des noms italien et espagnol (avellana).

Corylus, le nom de genre, a donné l’autre nom du noisetier: le coudrier.

Le noisetier se retrouve dans des noms de lieux: de coudrier dérivent Coudray (Eure, Mayenne, Loiret…), de avelanier dérive Lavelanet ( Ariège), et le pré-celtique Vaissa a donné La Vaissie en Dordogne: le noisetier est bien présent ! le mot noisetier est trop récent pour avoir des laissé des marques toponymiques.

On trouve des noisetiers partout en Europe, la France en cultive peu (2000 ha environ, à peine 10% de la consommation), le reste est importé de Turquie principalement, ainsi que d’Espagne et d’Italie

Botanique

Pourquoi un noisetier n’a t-il pas toujours de noisettes en automne?

noisetier ethnobotanique fleur naturopathie
Fleur femelle de noisetier

Le noisetier annonce le printemps! dès février, il fleurit. Cette floraison précoce est précieuse pour les abeilles. Les chatons de noisetier ne passent pas inaperçus: ce sont les fleurs mâles. En revanche, la fleur femelle reste très discrète: on ne voit que de courts stigmates rouge vif qui dépassent d’un bourgeon. L’arbuste porte des fleurs mâles d’une part, des fleurs femelles d’autre part, sur le même pied: c’est une espèce monoïque (étymologiquement, mâle et femelle dans la même οἶκος « maison »: sur le même arbre).

noisetier chaton ethnobotanique naturopathe amiens
Fleur mâle de noisetier

Le pollen des chatons (plusieurs millions de grains par chaton, tout de même!) est transporté par le vent et finit par se déposer sur une fleur femelle pour la féconder. Alors pourquoi un noisetier isolé ne porterait-il pas de noisettes?  Parce que les fleurs mâles et femelles d’un même pied ne sont pas « compatibles »… et que, pour davantage de sécurité, les fleurs mâles d’un arbre sont à maturité avant les fleurs femelles: tout est fait pour éviter un risque de consanguinité. Il faut donc compter sur le vent pour déposer le pollen d’un autre noisetier sur nos fleurs femelles.

Usages médicinaux et alimentaires

noisettes naturopathe

On pense aux noisettes évidemment: les hommes préhistoriques les consommaient déjà, il y en a des trabces dans eds sépultures néolithiques.C’estun fruit sec riche en magnésium, en lipides insaturés (60%), en protéines en vitamines du groupe B (thiamine et B6), en vitamine E, mais peu de vitamine C. Les noisettes fournissent une huile dont la composition est proche de celle de l’huile d’amande et un excellent véhicule pour les huiles essentielles.

Les feuilles renferment des tanins: la tradition les utilise pour soulager les jambes lourdes, , les mains et pieds froids, contre la diarrhée, les maux de gorge. En usage externe, l’infusion de coudrier soulage une poussée hémorroïdaire.

L’écorce, par sa richesse en tanins, était connue comme fébrifuge, cicatrisante et astringente.

Pas de contre-indication connue: une plante d’usage traditionnel sans risque.

En gemmothérapie le noisetier agit à l’étage des poumons, pour limiter la sclérose et faciliter les échanges. Au niveau mental, la noisette bien à l’abri de sa coque est le symbole de la sagesse intérieure.

Une tradition plus ancienne (mais un peu de gourmandise ne peut nuire) propose un lait de noisette (piler longuement les noisettes jusqu’à les transformer en « beurre » et ajouter un peu d’eau ou de lait: aujourd’hui, on utilise simplement un mixer) pour soigner un rhume qui s’éternise.

Sainte Hildegarde en recommandait les fruits contre l’impuissance.

Et je ne résiste pas à cette recette de Mathiole (1554): la cendre de noisettes mêlée à de la graisse d’ours fait repousser les cheveux des chauves!

Ethnobotanique

Dans la Rome antique, on brûlait des torches de noisetier aux mariages pour apporter du bonheur aux époux.

Le bois de coudrier, flexible et facile à tresser, fournit des barrières légères. Les  tiges souples maintiennent les chaumes des toits, sont tressées en paniers. Le bois plus ancien forme des bâtons de marche , des tuteurs pour les jardins.

Et la baguette de coudrier: tantôt baguette de maudite du sorcier, tantôt baguette bénéfique du sourcier! elle indique la présence la présence d’eau avec une précision remarquable, souvent supérieure aux études géologiques! c’est la baguette divinatoire.

La mythologie grecque attribue à Apollon une baguette divinatoire en noisetier.

Les avis sont partagés : d’aucuns affirment que le caducée des médecins est en bois de noisetier, d’autres en platane. Si la baguette centrale est un noisetier, c’est le symbole de l’amour : Mercredi, jour de Mercure (Hermès), est le jour du noisetier, de la concorde entre les Hommes.

Quelques traditions, un peu éloignées des usages médicinaux:

Pour les Celtes, c’est l’arbre de la connaissance. Il fait partie des sept arbres chefs des Druides (Chêne, Houx, Pommier, Noisetier, If, Pin et frêne)

Autrefois, les écoliers anglais n’allaient en classe le 14 septembre (Holy Cross Day) pour ramasser les noisettes.

Une tradition d’Halloween: les amoureux font rôtir des noisettes, si elles restent entières, leur amour est solide, dans le cas contraire, disputes à prévoir!

Dans une autre tradition, les noisettes donnent le nom des soupirants: les jeunes filles jettent les noisettes au feu, c’est le craquement le plus sonore qui désigne le l’heureux élu.

À l’est de l’Angleterre, les tiges de noisetier cueillies le jour des Rameaux et placées devant une fenêtre protègent la maison de la foudre.

Et Saint-Patrick aurait chassé les serpents d’Irlande avec un baguette (magique) de coudrier. C’est aussi une baguette de coudrier qui peut protéger des maléfices lancés par les sorcières.

Dans le Devon, une vieille femme accueille la future mariée à l’église avec un panier de noisettes pour garantir la fertilité.

En Irlande, royaume des elfes s’il en est, trois arbres, le pommier, l’aubépine et le noisetier, forment la frontière entre le monde réel et celui des elfes et des fées.

Le mot de la fin…

à Pierre de Ronsard, où l’on retrouve une variante de les vertus divinatoires du noisetier:

Je mis, pour t essayer encores devant-hier,

Dans le creux de ma main des fueilles de coudrier :

Mais en tappant dessus, nul son ne me rendirent,

Et flaques sans sonner sur la main me fanirent ;

Vray signe que je suis en ton amour moqué,

Puis qu en frapant dessus elles n ont point craqué

Amours de Cassandre, 1552

Pour aller plus loin

Breverton’s Complete herbal, based on Culpeper’s The English Physitian and Compleat Herball of 1653 Éd.Quercus

Jean Bruneton Pharmacognosie, phytochimie, plantes médicinales , 5ème édition, ED.Lavoisier Tec et doc

Michel Dubray Guide des contre-indications des principales plantes médicinales  Ed.Lucien Souny

Paul-Victor Fournier Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France Éd. Omnibus

Francis Hallé Stéphane Hette Frédéric Hendoux Les arbres amoureux  Ed. Salamandre, 2018

Marie-Antoinette Mulot herboriste diplômée  Secrets d’une herboriste Éd.Dauphin

Jean-Marie Pelt Des fruits. Petite encyclopédie gourmande. J’ai lu 2009

Michel Pierre Les plantes du bien-être, les remèdes de A à Z éd. du chêne

Henriette Walter , Pierre Avenas La majestueuse histoire du nom des arbres Ed.Robert Laffont, 2017

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.