Le robinier faux-acacia

Robinier Robinia pseudacacia Fabacées

Botanique

Jean Robin

Son nom honore un botaniste français, Jean Robin (1550-1629) apothicaire et botaniste (l’un n’allait alors pas sans l’autre) des rois Henri II et Henri IV. Il a introduit l’arbre en semant des graines dans son jardin de l’île de la Cité. Et son arbre vit toujours: il a été transplanté en face de Notre-Dame lors de la construction du Pont-Neuf, il est aujourd’hui penché et étayé, mais c’est dit-on, le plus vieil arbre de Paris !

robinier acaciaC’est un arbre épineux, avec des feuilles composées de nombreuses folioles toujours en nombre impair, à fleurs blanches en grappes pendantes et aux fruits en gousses brunes.

On parle couramment d’acacia plutôt que de robinier: la rue des acacias, juste en face de la Madeleine, est bordée de robiniers. Et le miel d’acacia vient bien du robinier, ainsi que les délicieux beignets de fleurs d’acacia!

Propriétés médicinales et toxicité

Racines, bois, écorce et graines contiennent une toxine qui a la particularité de cailler le lait.  On connaît des cas d’empoissonnement liés à la poussière de bois inhalée ou ingérée par des tourneurs. Des intoxications chez les animaux sont régulièrement rapportées (chevaux, porcs, les ovidés n’y sont pas sensibles).

Le robinier n’est pas considéré comme une plante médicinale.

Les fleurs sont légèrement calmantes et antispasmodiques.

Ethnobotanique

Un petit peu de vocabulaire… nous appelons acacia le robinier, si je parle d’un mimosa, je me réfère à l’acacia du botaniste, et si le botaniste parle d’un mimosa, je le nomme sensitive…

Les fleurs servent à faire des beignets, une liqueur de table, une eau de toilette, ainsi qu’une teinture jaune pour la soie: prendre soin de les récolter avant l’apparition des gousses.

Les graines torréfiées seraient un succédané de café, ce qui laisse perplexe car elles sont considérées comme légèrement toxiques. Les filaments d’écorce donnent des cordes et des tissus souples et flexibles.

Le bois, toxique, est résistant aux attaques des insectes et à la pourriture.

Pour aller plus loin

Paul-Victor Fournier Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France Éd. Omnibus

Bob Press Green guide to trees of Britain and Europe Bloomsbury

Henriette Walter , Pierre Avenas La majestueuse histoire du nom des arbres Ed.Robert Laffont, 2017

 

 

2 réponses sur “Le robinier faux-acacia”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.