Le thuya

Thuya Thuya occidentalis, Cupressacées

Botanique

L’arbre que nous nommons Thuya aujourd’hui n’est pas le même que celui de Pline. Notre thuya a été rapporté  de la région du Saint-Laurent au Canada par Jacques Cartier en 1553.

Propriétés médicinales et toxicité

Le thuya fait partie des plantes qui ont permis à Samuel Hahnemann d’élaborer sa théorie de l’homéopathie (Similis similibus curantur: les semblables soignent les semblables).

Le thuya contient un dérivé terpénique, la thuyone, qui a des propriétés convulsivantes, voire hallucinogènes. (C’est la présence de thuyone dans les apéritifs à base d’absinthe qui avait justifié leur interdiction).

Cette toxicité interdit tout usage thérapeutique.

Il est recommandé de ne pas composter le thuya.

Les animaux y sont très sensibles.

La seule indication intéressante est celle de la teinture, en usage exclusivement externe: c’est un excellent remède des cors et des verrues.

Ethnobotanique

Ce thuya est appelé arbre de vie par les Amérindiens, appellation que Linné reprend en 1753. (arbor vitae).

Pour aller plus loin

Jean Bruneton Pharmacognosie, phytochimie, plantes médicinales , 5ème édition, ED.Lavoisier Tec et doc

Michel Dubray Guide des contre-indications des principales plantes médicinales  Ed.Lucien Souny

Paul-Victor Fournier Dictionnaire des plantes médicinales et vénéneuses de France Éd. Omnibus

Bob Press Green guide to trees of Britain and Europe Bloomsbury

Henriette Walter , Pierre Avenas La majestueuse histoire du nom des arbres Ed.Robert Laffont, 2017

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.