Huile essentielle de ravintsara

Ravintsara
Cinnamonum camphora ct 1.8 cinéole

HE Cinnamonum camphora chémotype 1.8 cinéole

Une huile essentielle pour l’hiver, mais pas seulement!

Un peu de botanique

Son nom vernaculaire en dit long: c’est en malgache « l’arbre aux bonnes feuilles ». C’est une véritable panacée en médecine traditionnelle! elle est déjà citée au XVIème siècle pour ses vertus remarquables.

Il s’agit d’un camphrier (famille des Lauracées, comme le laurier-noble), originaire de Formose ou de Japon et introduit à Madagascar. Il pousse spontanément à Madagascar. On obtient l’huile essentielle par distillation des feuilles fraîches.

Propriétés

Le nom français de camphrier prête à confusion: une HE Ravintsara de bonne qualité est dépourvue de camphre. C’est dire l’importance du chémotype: un autre Cinnamonum camphora spp japonicum contient en revanche jusqu’à 50% de camphre… avec des indications fort différentes et des contre-indications bien plus étendues.

Ses composants agissent en synergie pour la sphère ORL: c’est une antivirale exceptionnelle. HE Ravintsara est un indispensable de la grippe , avec Eucalyptus radié, cajeput, niaouli et tea-tree.

Toujours par ses propriétés anti virales, vous la choisirez pour les boutons de fièvre, les zonas.

Elle agit aussi contre les bactéries et certaines levures. Elle calme l’inflammation des bronches, facilite l’expectoration et soulage les spasmes.

En outre, elle stimule les défenses immunitaires.

C’est à la fois une HE anti asthénique et une HE qui facilite l’endormissement.

Michel Faucon dit qu' »elle secoue les léthargiques, relève les déprimés, rassure les angoissés ».

Comment l’utiliser

Chez l’adulte, en respectant les précautions d’usage, la voie la plus adaptée est la voie cutanée diluée: appliquer sur la peau l’HE Ravintsara diluée dans une huile végétale (par exemple jojoba, macadamia, noyau d’abricot…).

L’association avec l’HE tea-tree fourme une synergie particulièrement efficace pour soulager les infections virales.

Elle est adaptée également à l’utilisation en inhalation humide, inhalation sèche et à la diffusion atmosphérique.

La voie orale demeure possible .

L’HE Ravintsara n’est pas irritante pour la peau.

En automédication, pas d’utilisation chez l’enfant de moins de 7 ans,, ensuite, toujours correctement diluée dans une huile végétale (et en usage externe ou inhalation sèche ou diffusion atmosphérique). Même si aucun effet négatif n’est décrit, par prudence, pas d’utilisation en cas de grossesse, allaitement… Prenez toujours l’avis d’un professionnel de santé compétent!

Ne pas confondre

avec une autre HE au nom proche, mais à la composition très différente: le Ravensare aromatique.

Autre confusion fréquente: le même arbre Cinnamonum camphora cultivé en Asie du Sud-Est (Vietnam) fournit une HE très différente, l’HE bois de Hô: il s’agit d’un autre chémotype, Cinnamonum camphora ct linalol. Le ravintsara fournit l’HE Cinnamonum camphora ct 1.8 cinéole

Pour aller plus loin

Jean Bruneton Pharmacognosie, phytochimie, plantes médicinales , 5ème édition, ED.Lavoisier Tec et doc

F.Dupont, J.-L. Guignard Botanique systématique moléculaire 14ème édition, Ed.Elsevier-Masson

Michel Faucon Traité d’aromathérapie scientifique et médicale Sang de la Terre

Pierre Franchomme, Roger Jollois, Daniel Pénoël L’aromathérapie exactement Ed.roger Jollois

Fabienne Millet Le guide Marabout des huiles essentielles Ed Marabout

Aline Raynal-Roques La botanique redécouverte Ed.Belin INRA 2008

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.